ASCO-GU 2019—L’association enzalutamide + TPA prolonge la SSP radiographique dans le cadre du CPHSm


  • Melissa Pandika
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association de l’enzalutamide à une thérapie par privation androgénique (TPA) a permis d’obtenir une SSP radiographique (SSPr) plus longue qu’avec la TPA seule chez des patients atteints d’un cancer de la prostate hormonosensible métastatique (CPHSm).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’enzalutamide démontre un bénéfice dans le cadre du cancer de la prostate résistant à la castration non-métastatique et métastatique, mais son efficacité avec la TPA demeure indéterminée dans le cadre du CPHSm.
  • Ces résultats mettent en avant l’association enzalutamide + TPA comme traitement potentiel du CPHSm.

Protocole de l’étude

  • Essai ARCHES de phase III international, mené en double aveugle, qui a affecté de manière aléatoire 1 150 patients atteints d’un CPHSm selon un rapport de 1:1 pour recevoir l’association enzalutamide (160 mg/jour) + TPA, ou l’association placebo + TPA, en les stratifiant par volume de la maladie et prise d’un traitement antérieur par docétaxel, jusqu’à la progression de la maladie/une toxicité inacceptable.
  • Critère d’évaluation principal : SSPr (évaluée centralement/décès dans les 24 semaines suivant l’arrêt du traitement).
  • Financement : Astellas Pharma Inc. et Medivation LLC, une société Pfizer.

Principaux résultats

  • Suivi médian : 14,4 mois.
  • La SSPr médiane n’a pas été atteinte dans le bras enzalutamide + TPA, 19,45 mois dans le bras placebo + TPA (RR : 0,39 ; P 
  • La valeur RR était en faveur de l’association enzalutamide + TPA, elle a indiqué une réduction de 61 % du risque de SSPr/décès.
  • Les améliorations au niveau de la SSPr de l’association enzalutamide + TPA ont été observées dans des sous-groupes importants sur le plan clinique, notamment le volume de la maladie et la prise d’un traitement antérieur par docétaxel.
  • Le taux de réponse objective était de 83,1 % dans le bras enzalutamide + TPA et de 63,7 % dans le bras placebo + TPA (P 

    Limites

    • Suivi médian de 14,4 mois, les données pourraient changer.
    • Les données de SG n’étaient pas à maturation.
    • Il n’est pas clair si la SSPr constitue un critère d’évaluation significatif (même si elle est corrélée avec la SG dans l’essai PREVAIL portant sur l’enzalutamide).
    • L’efficacité du traitement ultérieur est indéterminée.
    • L’efficacité en termes de coûts est indéterminée.