ASCO-GI 2019—L’association dabrafénib/tramétinib permet d’obtenir une réponse élevée dans le cadre du CVB BRAF+


  • Melissa Pandika
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association du dabrafénib (un inhibiteur de BRAF) et du tramétinib (inhibiteur de MEK) a montré des résultats prometteurs en termes d’efficacité et de sécurité d’emploi chez les patients atteints d’un cancer des voies biliaires (CVB) à mutation BRAF V600E.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le CVB est une maladie agressive ayant un pronostic défavorable.
  • Des mutations de BRAF ont été observées dans 5 % des tumeurs biliaires.
  • Il s’agit de la première cohorte de patients atteints d’un CVB à mutation BRAF V600E traités par une association d’inhibiteurs de BRAF/MEK à être analysée de manière prospective.  

Protocole de l’étude

  • Essai ROAR de type « Basket » de phase II, multicentrique et mené en ouvert, recrutant des patients présentant des mutations BRAF V600E dans neuf types de tumeurs rares, notamment le CVB.
  • Les patients étaient atteints d’un cancer avancé ou métastatique, et avaient reçu > 1 traitement systémique antérieur.
  • Les patients ont reçu 150 mg de dabrafénib deux fois par jour, plus 2 mg de tramétinib une fois par jour jusqu’à la survenue d’une progression de la maladie, d’une toxicité inacceptable ou du décès.
  • Le critère d’évaluation principal était le taux de réponse globale (TRG) évalué par l’investigateur selon les critères RECIST v1.1.
  • Financement : Novartis.

Principaux résultats

  • 33 patients atteints d’un CVB étaient évaluables.
  • La durée médiane du traitement était de 6 mois.
  • Le TRG était de 42 % selon l’évaluation de l’investigateur.
  • La SSP médiane était de 9,2 mois et la SG médiane était de 11,7 mois, des résultats qui étaient comparables à ceux du traitement recommandé (résection et traitement par gemcitabine + cisplatine, qui étaient associés à une SSP de 8,0 mois et à une SG de 11,7 mois).
  • L’analyse corrélée suggérait une plus forte expression des gènes de la voie MAPK chez les patients n’ayant pas obtenu de réponse.

Limites

  • Seuls deux patients ont pu être évalués par analyse corrélative.