ASCO : Disparités raciales et ethniques dans les infections par le virus de l’hépatite associées à un cancer du foie dans la population des États-Unis.

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

La prévalence des infections par le virus de l’hépatite B et C varie selon l’appartenance raciale et l’origine ethnique, les Noirs non hispaniques ayant la charge de morbidité la plus importante par rapport aux Blancs non hispaniques, selon une étude présentée lors du symposium sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO, qui s’est déroulé en janvier à San Francisco.

Des chercheurs de l’Université de Miami ont exploité les données de l’Enquête nationale sur la santé et la nutrition (National Health and Nutrition Examination Survey, NHANES), entre 1999 et 2012, afin d’établir, pour les Blancs non hispaniques, les Noirs non hispaniques, les Américains d’origine mexicaine, les Hispaniques d’autres origines et les autres appartenances raciales, la prévalence et les risques relatifs non corrigés d’hépatite, en prenant en compte un échantillonnage à plan complexe. 

Parmi les sujets retenus dans l’échantillon, la prévalence globale la plus élevée d’infection par le virus de l’hépatite était de 66,4 % chez les Blancs non hispaniques pour l’hépatite C ; la plus faible prévalence étant de 1,4 % chez les Américains d’origin...