ASCO 2020 — Les anthracyclines sont-elles nécessaires dans le cadre du traitement néoadjuvant des cancers du sein à HER2 positif ?


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Après un suivi de trois ans, aucune amélioration de l’efficacité n’a été observée pour un schéma thérapeutique contenant des anthracyclines, chez des patientes atteintes d’un cancer du sein (CS) à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif de stade II–III.
  • L’ajout d’anthracyclines est associé à une toxicité cliniquement pertinente. 
  • Un schéma thérapeutique néoadjuvant sans anthracyclines, avec un double blocage de HER2, doit être envisagé chez toutes les patientes atteintes d’un CS à HER2 positif de stade II–III.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’importance des anthracyclines dans le cadre de la prise en charge du CS à HER2 positif précoce est incertaine, et des données de suivi à long terme sont nécessaires.
  • L’utilisation d’anthracyclines demeure fréquente dans le cadre du CS à HER2 positif à haut risque.

Protocole de l’étude

  • L’essai randomisé de phase III TRAIN-2 a inclus 438 patients dans 37 hôpitaux néerlandais.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire (1:1) pour recevoir : trois cycles de 5-fluorouracile, épirubicine-cyclophosphamide-trastuzumab (FEC-T) et pertuzumab (Ptz), suivis de six cycles de paclitaxel-trastuzumab-carboplatine (PTC) et Ptz ; ou neuf cycles de PTC et Ptz.
  • Critère d’évaluation principal : la réponse complète pathologique (RCp ; taux précédemment rapportés : 67 % avec des anthracyclines, contre 68 % sans ; p = 0,95)
  • Critères d’évaluation secondaires de l’efficacité (population en intention de traiter) : la survie sans événement (SSE), la survie globale (SG), la survie sans maladie (SSM).
  • Les événements indésirables (de grade 3 ou supérieur) ont été rapportés.
  • Financement : Roche.

Principaux résultats

  • Le taux de SSE à 3 ans était de 93,5 % sans anthracyclines et de 92,7 % avec, sans aucun bénéfice observé avec les anthracyclines dans aucun des sous-groupes (statut des rapports de risque [RR], âge, taille, statut des ganglions lymphatiques, grade).
  • Le taux de SG à 3 ans était de 98,2 % sans anthracyclines, contre 97,7 % avec (RR non statistiquement significatif).
  • Les patients ayant obtenu une RCp après un traitement néoadjuvant ont obtenu une amélioration du taux de SSM (94,1 % chez les patients ayant obtenu une RCp, contre 85,1 % chez les patients sans RCp ; RR : 0,42).
  • Aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi n’a été identifié.
  • La toxicité cardiaque était plus élevée dans le groupe anthracyclines et la baisse de la fraction d’éjection ventriculaire gauche n’est pas revenue à la normale au cours du suivi chez environ un tiers des patients.

Commentaire d’expert

« Il devient difficile de justifier l’utilisation d’un traitement à base d’anthracyclines pour la maladie à HER2+, en particulier lorsque plusieurs traitements ciblés efficaces sont disponibles », a commenté Sara A. Hurvitz, maître de conférences en médecine à l’Université de Californie (University of California), à Los Angeles, au Centre de cancérologie générale Jonsson (Jonsson Comprehensive Cancer Center).