ASCO 2020 — Le trastuzumab déruxtécan démontre un bénéfice dans le cadre du CCR avancé exprimant HER2


  • Pavankumar Kamat
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le trastuzumab déruxtécan (T-DXd) démontre une activité et une sécurité d’emploi cohérentes avec les études précédentes, chez des patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) avancé exprimant le récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2), réfractaire aux traitements standards. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont démontré que T-DXd avait une activité prometteuse dans le cadre du traitement des tumeurs avancées exprimant HER2
  • Ce traitement est autorisé aux États-Unis dans le cadre du traitement du cancer du sein HER2+ non résécable ou métastatique, préalablement traité.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase II DESTINY-CRC01 a inclus 78 patients atteints d’un CCR non résécable et/ou métastatique préalablement traité, exprimant HER2 et à RAS/BRAF de type sauvage.
  • Les patients ont été répartis dans trois cohortes selon la positivité de HER2 :
    • Cohorte A (n = 53) : statut HER2 défini par une immunohistochimie (IHC) 3+ ou IHC2+/hybridation in situ (ISH)+. 
    • Cohorte B (n = 7) : statut HER2 défini par une IHC2+/ISH-.
    • Cohorte C (n = 18) : statut HER2 défini par une IHC1+. 
  • Tous les patients ont reçu du T-DXd toutes les trois semaines jusqu’à la survenue d’une progression ou d’une toxicité intolérable.
  • Financement : Daiichi Sankyo Co., Ltd.

Principaux résultats

  • Résultats d’efficacité dans la cohorte A :
    • Taux de réponse globale confirmée : 45,3 %.
    • Taux de contrôle de la maladie : 83%.
    • Survie sans progression (SSP) médiane : 6,9 mois.
    • Survie globale (SG) médiane : non atteinte.
  • Aucune réponse n’a été observée dans les cohortes B et C.
  • Profil de sécurité d’emploi :
    • Événements indésirables liés au traitement de grade supérieur ou égal à 3 :
      • Cohorte A : 50,9 %.
      • Dans l’ensemble : 48,7%.
    • Événements graves liés au médicament :
      • Cohorte A : 22,6 %.
      • Dans l’ensemble : 17,9 %.
    • Une pneumopathie interstitielle est survenue chez 6,4 % des patients.

Limites

  • Échantillon de petite taille.

Commentaire d’expert

  • Autumn J. McRee, MD au Centre de cancérologie générale Lineberger (Lineberger Comprehensive Cancer Center), Université de Caroline du Nord (University of North Carolina), à Chapel Hill, a commenté : « Je dirais que le dépistage de l’amplification de HER2 dans le cadre du cancer colorectal doit être considéré comme un soin de référence. »