ASCO 2020 — L’expansion de Medicaid est associée à une réduction du nombre de décès liés au cancer


  • Jim Kling
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les États qui ont adopté l’expansion de Medicaid après l’adoption de la loi américaine sur les soins abordables (Affordable Care Act) ont présenté une diminution plus importante de la mortalité liée au cancer que les États qui ne l’ont pas adoptée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude à démontrer l’existence d’un bénéfice associé à l’adoption de l’expansion de Medicaid dans le cadre du cancer.

Protocole de l’étude

  • Une analyse des taux de mortalité corrigés pour prendre en compte l’âge, fournis par le Centre national américain des statistiques en matière de santé (National Center for Health Statistics), entre 1999 et 2017, a été réalisée.
  • Seule la mortalité des patients âgés de moins de 65 ans a été prise en compte.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • En 2015, 27 États et Washington, dans le district de Columbia (District of Columbia, D.C.), proposaient une couverture étendue de Medicaid.
  • En 2017, 785 décès liés au cancer de moins ont été rapportés dans les États ayant adopté l’expansion de Medicaid. D’après les estimations, 589 décès auraient pu être évités si tous les États avaient adopté l’expansion de Medicaid.
  • La mortalité liée au cancer corrigée pour prendre en compte l’âge est passée de 66,9 à 48,8 pour 100 000 personnes, entre 1999 et 2017. Dans les États ayant adopté l’expansion de Medicaid, une baisse de 64,7 à 46,0 pour 100 000 (29 %) a été observée, comparativement à une baisse de 69,0 à 51,9 pour 100 000 (25 %) dans les États n’ayant pas adopté l’expansion de Medicaid (P 
  • Les États ayant adopté l’expansion de Medicaid ont présenté une variation de la mortalité de -1,1 pour 100 000 (P = 0,006), contre -0,6 (P = 0,14) dans les États ne l’ayant pas adoptée.  
  • Une étude précédente a démontré que l’expansion de Medicaid a pratiquement éliminé les disparités souvent observées entre les patients d’origine ethnique noire et blanche au niveau du traitement du cancer en temps opportun.
  • Aucun bénéfice de mortalité supplémentaire n’a été observé chez les patients d’origine ethnique noire à la suite de l’expansion de Medicaid, mais dans les États n’ayant pas adopté cette expansion, ces patients ont présenté une mortalité liée au cancer moins favorable, comparativement aux États l’ayant adoptée (58,5, contre 63,4 pour 100 000 en 2017). Cependant, l’auteur principal, Anna Lee, docteur en médecine, titulaire d’un master en santé publique et chercheuse en radio-oncologie au Centre de cancérologie Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center) à New York, a fait remarquer que la mortalité liée au cancer s’améliorait plus rapidement chez les patients d’origine ethnique noire que chez les patients d’origine ethnique blanche et hispanique, ce qui pourrait expliquer l’absence de bénéfice manifeste.
  • Les patients d’origine ethnique hispanique des États ayant adopté l’expansion ont présenté le bénéfice différentiel de mortalité liée au cancer le plus élevé de toutes les sous-populations (-2,1 pour 100 000 ; P = 0,07). Les populations d’origine ethnique hispanique sont plus importantes dans les États ayant adopté l’expansion de Medicaid, et les patients d’origine ethnique hispanique sont beaucoup plus susceptibles que les patients d’origine ethnique blanche de ne pas être assurés ou d’être sous-assurés.

Limites

  • Analyse rétrospective.

Commentaire d’expert

  • L’amélioration de la mortalité liée au cancer « était probablement le résultat d’une amélioration du dépistage, ainsi que de l’amélioration des traitements survenue au cours de cette période et d’un meilleur accès aux traitements », estime Ernest Hawk, docteur en médecine, titulaire d’un master en santé publique et vice-président et directeur du département de Prévention du cancer et des Sciences populationnelles au Centre de cancérologie MD Anderson de l’Université du Texas (The University of Texas MD Anderson Cancer Center), à Houston.