ASCO 2020 – L’avélumab se montre prometteur dans le cadre du traitement des tumeurs trophoblastiques gestationnelles


  • Deepa Koli
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’avélumab est bien toléré et efficace chez 53 % des patientes atteintes de tumeurs trophoblastiques gestationnelles (TTG) résistantes à la monochimiothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le premier auteur de l’étude Benoit You a noté qu’il y avait une tolérance médicamenteuse « bien meilleure » avec l’avélumab, par rapport à la chimiothérapie, et que « un tiers des patientes échappent à une polychimiothérapie toxique parce qu’elles ont été traitées avec succès par avélumab ».
  • L’association méthotrexate et avélumab est évaluée dans un essai en cours, TROPHAMET, chez des patientes atteintes de TTG.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II TROPHIMMUN a été réalisée.
  • 15 patientes (âge médian : 34 ans) atteintes de TTG ont reçu de l’avélumab après une progression sous monochimiothérapie.
  • Le critère d’évaluation principal était la normalisation de la gonadotropine chorionique humaine (Human Chorionic Gonadotropin, hCG), qui est utilisée comme un biomarqueur de l’activité dans le cadre de TTG.
  • Financement : Merck Serono ; Pfizer.

Principaux résultats

  • 47 % des patientes présentaient une maladie de stade III.
  • Les patientes ont reçu un nombre médian de neuf cycles de traitement par avélumab.
  • La durée de suivi médiane était de 30 mois.
  • 93 % des patientes ont présenté des toxicités de grade 1–2 liées au médicament. Les plus fréquentes étaient la fatigue (33 %), les nausées/vomissements (33 %), les réactions liées à la perfusion (27 %), le trouble thyroïdien (20 %), la sécheresse oculaire (20 %) et la diarrhée (20 %).
  • Aucun décès n’a été signalé.
  • 53 % des patientes ont obtenu une normalisation des taux d’hCG.
    • Aucune patiente n’a rechuté après la normalisation des taux d’hCG.
    • Une patiente a présenté une grossesse saine après la normalisation.
  • 47 % des patientes présentaient une maladie résistante à l’avélumab et ont été traitées par chimiothérapie avec ou sans chirurgie.

Limites

  • Petite taille de l’échantillon.