ASCO 2020 — L’ajout du pembrolizumab permet d’améliorer la SSP dans le cadre du CBPC de stade étendu


  • Kelli Whitlock Burton
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout du pembrolizumab à une chimiothérapie à base d’étoposide et de platine (EP) a permis d’obtenir une amélioration significative de la survie sans progression (SSP), comparativement à l’association placebo et EP, dans le cadre du traitement de première intention du cancer bronchique à petites cellules de stade étendu (CBPC-SE).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement de référence du CBPC-SE est une chimiothérapie à base d’EP, même si les taux de réponse observés avec ce traitement ne sont pas durables et que la survie globale (SG) médiane est d’environ 10 mois.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III internationale, randomisée, en double aveugle et contrôlée par placebo KEYNOTE-604 a été menée.
  • 453 patients atteints d’un CBPC-SE non traité ont reçu l’association pembrolizumab et EP (n = 228) ou placebo et EP (n = 225).
  • Financement : Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis.

Principaux résultats

  • SSP médiane :
    • 4,5 mois avec l’association pembrolizumab et EP ; contre
    • 4,3 mois avec l’association placebo et EP. 
  • Estimations du taux de SSP à 12 mois :
    • 13,6 % avec l’association pembrolizumab et EP ; contre 
    • 3,1 % avec l’association placebo et EP.
  • Une amélioration significative de la SSP a été observée avec l’association pembrolizumab et EP (rapport de risque [RR] : 0,75 ; P = 0,0023).
  • Aucune différence significative entre les groupes n’a été observée au niveau de la SG médiane (RR : 0,80 ; P = 0,0164).
  • Taux de réponse objective :
    • 70,6 % (IC à 95 % : 64,2–76,4 %) avec l’association pembrolizumab et EP ; contre
    • 61,8 % (IC à 95 % : 55,1–68,2 %) avec l’association placebo et EP.
  • Durée de réponse médiane :
    • 4,2 mois avec le pembrolizumab ; contre
    • 3,7 mois avec le placebo.
  • À 1 an, la proportion estimée de réponses continues était de 19,3 % avec le pembrolizumab, contre 3,3 % avec le placebo.
  • Le taux d’événements indésirables était similaire entre les groupes.

Limites

  • Sélection très précise de la population de l’essai clinique.
  • Les résultats ont été présentés lors d’une conférence, sans revue par des pairs.