ASCO 2019 — Les marqueurs immunitaires prédisent le bénéfice du pertuzumab adjuvant dans le cadre du cancer du sein


  • David Reilly
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les données provenant de la plus grande analyse de biomarqueurs à ce jour montrent que les marqueurs immunitaires prédisent le bénéfice du pertuzumab adjuvant dans le cadre du cancer du sein de stade précoce.
  • Les résultats viennent s’ajouter aux données probantes croissantes d’un mécanisme d’action à médiation immunitaire pouvant aider à élaborer de futurs essais cliniques dans ce contexte.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’étude APHINITY de phase III a démontré une amélioration modeste de la survie sans maladie invasive (SSMi) avec l’ajout de pertuzumab adjuvant au trastuzumab associé à la chimiothérapie.

Protocole de l’étude

  • Une analyse de l’essai APHINITY, portant sur des patients atteints d’un cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain positif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-positive, HER2+), a été réalisée afin d’étudier les corrélations génomiques de la réponse au trastuzumab et au pertuzumab adjuvants.  
  • 1 023 échantillons de patients ont été évalués.
  • Financement : Genentech ; Pfizer.

Principaux résultats

  • Les éléments suivants ont été associés à un pronostic inférieur :
    • les mutations de la voie PI3K/PTEN/AKT : P = 0,04 ;
    • l’amplification de MYC : P = 0,00 ;
    • l’amplification de ZNF703 : P = 0,02.
  • Les éléments suivants ont été associés à un pronostic favorable :
    • les amplifications du nombre de copies TOP2A, indépendamment du traitement : P = 0,00 ;
    • des niveaux de lymphocytes infiltrant la tumeur (LIT) plus élevés : P = 0,001 ;
    • un nombre de copies HER2 supérieur ou égale à 6 : P = 0,01.
  • Les altérations de PI3K/PTEN/AKT et les amplifications du nombre de copies de MYC, ZNF703 et TOP2A n’étaient pas prédictives du bénéfice du pertuzumab.
  • Des taux élevés de LIT et des gènes liés aux lymphocytes T étaient prédictifs d’un plus grand bénéfice du pertuzumab.

Limites

  • D’autres analyses des biomarqueurs associés au système immunitaire sont nécessaires.