ASCO 2019 — Le traitement adjuvant par pémétrexed-cisplatine offre une option plus sûre pour le CBNPC non épidermoïde


  • Hao Cheng, MD
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association pémétrexed-cisplatine n’était pas inférieure à l’association vinorelbine-cisplatine en termes de survie sans récidive (SSR), chez les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules non épidermoïde (CBNPC-NE) de stade II-IIIA complètement réséqué, et pourrait être mieux tolérée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Malgré des études de phase III antérieures démontrant l’efficacité de la chimiothérapie adjuvante à base de cisplatine pour le CBNPC réséqué, on ne sait toujours pas quel schéma thérapeutique est le plus efficace.
  • L’étude JIPANG est la première étude de phase III visant à évaluer l’association pémétrexed-cisplatine comme chimiothérapie adjuvante.

Protocole de l’étude

  • 804 patients atteints d’un CBNPC-NE de stade pathologique II-IIIA complètement réséqué ont été affectés de manière aléatoire à l’association vinorelbine-cisplatine ou pémétrexed-cisplatine.
  • Critère d’évaluation principal : la SSR ; les critères d’évaluation secondaires comprenaient la SG, le taux d’achèvement du traitement et la toxicité.
  • Financement : AstraZeneca/MedImmune ; Boehringer Ingelheim ; Chugai Pharma.

Principaux résultats

  • L’association pémétrexed-cisplatine n’était pas significativement différente de l’association vinorelbine-cisplatine en termes de SSR ou de SG, avec un suivi médian de 45,2 mois.
  • Le taux d’achèvement du traitement était significativement plus élevé avec l’association pémétrexed-cisplatine que l’association vinorelbine-cisplatine (87,9 % contre 72,7 %).
  • L’association pémétrexed-cisplatine était liée à des taux significativement plus faibles d’alopécie de tous grades (2,3 % contre 25,8 %), de neutropénie fébrile (0,3 % contre 11,6 %), de diminution de la numération des neutrophiles (78,3 % contre 95,5 %), de diminution des globules blancs (71,6 % contre 94,7 %) et d’anémie (53,2 % contre 76,5 %), par rapport à l’association vinorelbine-cisplatine (toutes les valeurs de P 

Limites

  • Population japonaise.