ASCO 2019 — Le lénalidomide retarde la progression du myélome multiple indolent


  • Debra Gordon
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le lénalidomide a permis d’obtenir une réduction de 72 % du risque de progression vers une maladie symptomatique chez les patients atteints d’un myélome multiple indolent (MMI) à 3 ans, selon les données d’un essai de phase II/III.
  • Le traitement a été associé à un taux élevé d’effets indésirables.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’étude aborde les limitations du protocole d’une étude espagnole, qui a démontré une amélioration de la SSP et de la SG dans le cadre d’une intervention précoce.

Protocole de l’étude

  • L’essai clinique randomisé E3A06 de phase II/III a été mené auprès de patients atteints d’un MMI à risque intermédiaire ou élevé.
  • Phase II : 44 patients ont reçu du lénalidomide à raison de 25 mg aux jours 1 à 21 de chaque cycle de 28 jours et de l’aspirine à raison de 325 mg tous les jours du cycle de 28 jours jusqu’à progression de la maladie ou la survenue d’une toxicité.
  • Phase III : 182 patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir la même dose de lénalidomide-aspirine ou pour faire l’objet d’une simple observation.
  • Une IRM de la colonne et du pelvis a été réalisée pour détecter la maladie à l’inclusion.

Principaux résultats

  • Les données de phase III ont révélé que la SSP était plus élevée avec le lénalidomide à 1 an (98 % contre 89 %), à 2 ans (93 % contre 76 %) et à 3 ans (91 % contre 66 % ; rapport de risque [RR] : 0,28 ; P = 0,0005).
  • 80 % des patients de la phase II et 51 % des patients de la phase III ont arrêté le lénalidomide, en raison d’événements indésirables (EI) ou d’un retrait de l’étude.
  • EI durant la phase III :
    • grade 3/4, non hématologiques : 28 % ;
    • grade 4, hématologiques : 5,7 %, principalement la neutropénie.
  • Aucune différence rapportée par les patients au niveau de la qualité de vie n’a été observée entre les groupes lénalidomide et observationnel.

Limites

  • Échantillon de petite taille.