ASCO 2019 — Le fardeau mutationnel tumoral est utilisé comme biomarqueur d’un bénéfice lié aux IPCI dans le CBNPC


  • David Reilly
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats des analyses exploratoires de l’étude de phase III MYSTIC, qui a comparé le durvalumab avec ou sans trémélimumab à la chimiothérapie chez des patients atteints d’un CBNPC métastatique (CBNPCm), viennent ajouter à la quantité grandissante de données probantes indiquant que le fardeau mutationnel tumoral sanguin (FMTs) et l’expression du ligand 1 de mort programmée (Programmed Death Ligand 1, PD-L1) dans les cellules tumorales (CT) sont des marqueurs prédictifs de la SG.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il est nécessaire d’identifier d’autres biomarqueurs dans le CBNPCm, afin d’identifier les patients les plus susceptibles de retirer un bénéfice des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI).

Protocole de l’étude

  • Une analyse a été réalisée à partir de l’étude MYSTIC afin d’évaluer le FMTs et l’expression de PD-L1 dans les CT en tant que biomarqueurs prédictifs de la SG.
  • Échantillons évaluables : n = 286 pour le durvalumab ; n = 268 pour l’association durvalumab et trémélimumab ; n = 255 pour la chimiothérapie.
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • Durvalumab : amélioration non significative de la SG, comparativement à la chimiothérapie, chez les patients présentant une expression de PD-L1 dans les CT supérieure ou égale à 25 %, quel que soit le niveau du FMTs.
    • 20 mutations/mégabase (mut/MB) ou plus (n = 68) : rapport de risque [RR] de 0,79 (IC à 95 % : 0,45–1,39).
    • 16 mut/MB ou moins (n = 177) : RR de 0,64 (IC à 95 % : 0,45–0,90).
  • Association durvalumab et trémélimumab : amélioration non significative de la SG, comparativement à la chimiothérapie, chez les patients présentant au moins 16 mut/MB et au moins 20 mut/MB, quel que soit le niveau d’expression de PD-L1 dans les CT :
    • 20 mut/MB ou plus, et expression de PD-L1 dans les CT supérieure ou égale à 25 % (n = 60) : RR de 0,44 (IC à 95 % : 0,23–0,84).
    • 20 mut/MB ou plus, et expression de PD-L1 dans les CT inférieure à 1 % (n = 32) : RR de 0,42 (IC à 95 % : 0,17–0,97).
    • 16 mut/MB ou plus, et expression de PD-L1 dans les CT supérieure ou égale à 25 % (n = 93) : RR de 0,63 (IC à 95 % : 0,38–1,03).
    • 16 mut/MB ou plus, et expression de PD-L1 dans les CT inférieure à 1 % (n = 44) : RR de 0,42 (IC à 95 % : 0,20–0,85).

Limites

  • Échantillons de taille limitée.