ASCO 2019 — L’olaparib retarde la progression du cancer du pancréas BRCA+


  • Debra Gordon
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon les données de l’essai de phase III POLO, l’olaparib en traitement d’entretien de première intention a significativement retardé la progression du cancer du pancréas métastatique avec mutation germinale du gène BRCA, comparé au placebo.
  • D’après les experts, ces résultats devraient influencer la pratique.

Pourquoi est-ce important ?

  • La survie à cinq ans dans le cadre du cancer du pancréas métastatique est d’environ 3 %.
  • 4 à 7 % des cancers du pancréas présentent des mutations de l’un ou des deux gènes BRCA.
  • L’olaparib est un inhibiteur de la poly(ADP-ribose) polymérase, avec des indications approuvées dans le cadre du cancer du sein et de l’ovaire. 

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’un essai international, en double aveugle, mené auprès de 154 patients atteints d’un cancer du pancréas BRCA+ ayant reçu une chimiothérapie de première intention à base de platine pendant 16 semaines ou plus.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 3:2 pour recevoir de l’olaparib (n = 92) ou un placebo (n = 62) ; le traitement a été poursuivi jusqu’à progression de la maladie ou une toxicité inacceptable.

Principaux résultats

  • L’olaparib a réduit le risque de progression de la maladie ou de décès de 47 %, par rapport au placebo (rapport de risque [RR] : 0,53 ; P = 0,0038).
  • La SSP médiane chez les patients était plus élevée avec l’olaparib (7,4 contre 3,8 mois), indépendamment de la réponse au traitement antérieur.
  • À partir de six mois, l’absence de progression était confirmée chez deux fois plus de patients du groupe olaparib, par rapport au groupe placebo.
  • Événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 : olaparib, 40 % ; placebo, 23 %.
  • Interruption : olaparib, 5,5 % ; placebo, 1,7 %. 
  • Durée de la réponse : olaparib, 24,9 mois ; placebo, 3,7 mois.
  • Financement : AstraZeneca ; Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis.

Commentaires des experts

  • « Il s’agit d’une avancée réellement majeure pour les patients atteints d’un cancer du pancréas métastatique », a déclaré Suzanne Cole, médecin spécialisée dans le cancer du pancréas de l’ASCO, du Centre médical Southwestern de l’Université du Texas (University of Texas Southwestern Medical Center), à Dallas. « Il est de notre devoir de rechercher cette mutation génétique chez tous les patients atteints d’un cancer du pancréas métastatique, afin d’identifier ceux porteurs d’une mutation du gène BRCA qui pourraient bénéficier d’un agent oral [et] ainsi prolonger leur espérance de vie. »