ASCO 2019 — L’association acalabrutinib + obinutuzumab permet d’obtenir une réponse élevée dans le cadre de la LLC


  • David Reilly
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • L’association acalabrutinib + obinutuzumab a démontré une réponse de haut niveau avec un minimum d’événements indésirables (EI) de grades 3–4, à 3 ans de suivi chez des patients atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) en rechute/réfractaire ou naïfs de traitement.

Pourquoi est-ce important 

  • L’acalabrutinib en monothérapie a déjà démontré un taux de réponse objective (TRO) > 93 % dans le cadre de la LLC.

Protocole de l’étude 

  • Suivi à 3 ans d’une étude de phase Ib/II examinant l’association acalabrutinib + obinutuzumab chez des patients atteints d’une LLC en rechute/réfractaire (n = 26) ou naïfs de traitement (n = 19).
  • L’âge médian des patients était de 61 ans (intervalle : 42–76).
  • 53 % des patients naïfs de traitement et 50 % de ceux qui présentaient une maladie en rechute/réfractaire avaient une maladie volumineuse.
  • Financement : Acerta Pharma.

Principaux résultats 

  • Réponses :
    • Groupe naïf de traitement : TRO de 95 % ; 31,6 % de réponse complète (RC) ; 63,2 % de réponse partielle (RP).
    • Groupe avec maladie en rechute/réfractaire : TRO de 92 % ; 7,7 % de RC ; 84,6 % de RP.
  • SSP :
    • Groupe naïf de traitement à 39 mois : 94,4 % (IC à 95 % : 66,6–99,2).
    • Groupe avec maladie en rechute/réfractaire à 42 mois : 72,7 % (IC à 95 % : 43,8–88,4).
  • Maladie résiduelle minimale (MRM) dans la moelle osseuse :
    • Groupe naïf de traitement : 26 %.
    • Groupe avec maladie en rechute/réfractaire : 15 %.
  • La négativité de la MRM dans le sang périphérique était durable.
  • L’incidence des événements indésirables de grades 3–4 était minime, avec un taux d’interruption du traitement de 2 %. 

Limites 

  • Les biopsies de la moelle osseuse n’ont été effectuées que pour confirmer la RC chez les patients présentant une négativité de la MRM dans le sang périphérique ; certaines RC pourraient donc avoir été classées dans la catégorie des RP.  

Commentaires des experts 

  • Matthew S. Davids, MD, directeur associé du Centre de recherche sur la LLC de l’Institut du cancer Dana-Farber (Dana-Farber Cancer Institute) et professeur adjoint de médecine à la Faculté de médecine de Harvard (Harvard Medical School), à Boston, dans le Massachusetts, a souligné que le schéma à base d’acalabrutinib décrit nécessite un traitement continu pour maintenir la réponse. Il a par ailleurs mentionné une étude à laquelle il participe, qui vise à déterminer si l’ajout de vénétoclax au schéma thérapeutique pourrait permettre un traitement à durée fixe.