ASCO 2019 — L’approche laparoscopique est supérieure à la chirurgie ouverte pour le traitement des métastases hépatiques du CCR


  • Debra Gordon
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Les patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) avec métastases hépatiques qui ont fait l’objet d’une chirurgie laparoscopique ont présenté des résultats à long terme liés au cancer semblables à ceux des patients dont la tumeur a été retirée par résection ouverte, mais ils avaient une morbidité nettement moindre à 30 jours.

Pourquoi est-ce important 

  • L’approche moins intrusive permet de réduire les pertes sanguines, de raccourcir la durée d’hospitalisation et d’accélérer le rétablissement.
  • Il s’agit de la première étude à comparer les résultats à long terme de la chirurgie laparoscopique, par rapport à la chirurgie ouverte visant l’ablation de métastases hépatiques d’un CCR.

Protocole de l’étude 

  • OSLO-COMET était un essai contrôlé randomisé, mené à l’Hôpital universitaire d’Oslo, en Norvège.
  • 280 patients présentant des métastases hépatiques d’un CCR pouvant être réséquées de façon radicale ont été affectés de manière aléatoire pour faire l’objet d’une résection du foie visant à épargner le parenchyme, par voie laparoscopique ou par chirurgie ouverte.
  • Le critère d’évaluation principal était la morbidité postopératoire à 30 jours.
  • Les 2 chirurgiens qui ont réalisé les interventions chirurgicales avaient pratiqué > 400 interventions laparoscopiques sur le foie à eux deux.

Principaux résultats

  • La morbidité est passée de 31 % dans le groupe de chirurgie ouverte à 19 % dans le groupe laparoscopique (P = 0,021).
  • La durée d’hospitalisation a été réduite de 50 % (2 jours contre 4).
  • Taux similaire de résection R0 entre les groupes, y compris la largeur des marges de résection.
  • Après un suivi > 36 mois, la SG médiane était semblable pour la chirurgie laparoscopique et la chirurgie ouverte (80 mois contre 81 ; P = 0,91) ; la SG à 5 ans estimée était de 56 % contre 57 %.
  • La survie sans récidive médiane était semblable entre les groupes (19 % contre 16 % ; P = 0,73) chez les patients ayant obtenu une résection R0/R1.
  • Les patients du groupe de chirurgie laparoscopique ont signalé une amélioration de la QdV.

Limites 

  • Échantillon de petite taille.