ASCO 2019 — Commentaire d’expert : Toujours tester BRCA dans le cancer du pancréas métastatique


  • Debra Gordon
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Voici un extrait d’entretien sur site avec Hedy L. Kindler, docteur en médecin, professeur de médecine, University of Chicago Medicine, Illinois, concernant l’étude qu’elle a présentée à l’ASCO démontrant que l’olaparib retarde la progression du cancer du pancréas BRCA+.

  • « Il s’agit du premier traitement ciblé, dirigé sur des biomarqueurs et qui a montré une activité dans un essai randomisé pour cette maladie. Maintenant, nous pouvons enfin cibler un biomarqueur sélectionné très spécifique dans un sous-ensemble de patients et leur offrir une approche stratégique de traitement de première ligne, suivi d’un traitement d’entretien par olaparib pour favoriser le maintien de la qualité de vie et offrir un réel bénéfice. »
  • « Ce que je trouve vraiment remarquable dans cette étude, c’est le fait qu’un quart des patients présentaient une réponse complète ou partielle à l’olaparib, et que pour ces patients, la durée médiane de réponse était de plus de 2 ans. Il s’agit d’une maladie où la survie médiane est inférieure à 1 an avec les schémas de chimiothérapie contemporains les plus actifs. C’est vraiment remarquable. »
  • « J’ai un patient ayant reçu un diagnostic de cancer du pancréas métastatique, dont son frère est décédé. Son pronostic était inférieur à un an. Il est venu me voir et a dit : « Je ne veux pas que ma famille me regarde mourir. Pouvons-nous faire les choses mieux que cela ? » Il présentait une mutation germinale et a été inclus dans l’essai. C’était il y a 2 ans et demi. [Sur] chaque TDM, nous voyons que sa tumeur rétrécit de plus en plus. Il mène une vie normale et prend ses comprimés deux fois par jour. Il a l’impression d’avoir transformé son cancer en maladie chronique. »
  • « Cette étude démontre une nouvelle façon de réfléchir sur le développement de médicaments. Nous avons sélectionné 3 315 patients dans 12 pays pour cette étude, afin de trouver 7,5 % des patients qui avaient ce biomarqueur. Ils font ce [type de sélection] dans le cancer pulmonaire et d’autres cancers tout le temps. Mais il s’agit de la première véritable approche de médecine de précision dans cette maladie. Cela nécessite effectivement des efforts. Mais peut-être devons-nous repenser notre façon de considérer le cancer du pancréas et essayer de cibler d’autres biomarqueurs. »
  • « Le premier changement en pratique est que tous les patients atteints de cancer du pancréas métastatique devraient passer des tests germinaux au moment du diagnostic. Cela a déjà changé notre pratique. Auparavant, le patient venait à la clinique et, dans le cadre de la discussion, nous recueillions les antécédents familiaux. S’il y avait des antécédents familiaux importants, nous suggérions de rencontrer le conseiller génétique. Aujourd’hui que nous savons qu’une mutation germinale aura un impact sur le traitement de première ligne et d’entretien, étant donné que ces tumeurs sont beaucoup plus sensibles aux médicaments à base de platine, une personne de notre clinique effectue des tests germinaux au moment du diagnostic pour nous aider à planifier le traitement. »