ASCO 2019 — Cancer du sein avancé : le ribociclib associé à un traitement endocrinien augmente considérablement la SG chez les jeunes femmes


  • Debra Gordon
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le ribociclib en association avec un traitement endocrinien (TE) a amélioré la SG chez les femmes non ménopausées atteintes d’un cancer du sein avancé, à récepteurs hormonaux positifs (Hormone Receptor-positive, HR+)/récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain négatif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-negative, HER2).

Pourquoi est-ce important ?

  • C’est la première fois qu’une amélioration statistiquement significative de la SG a été observée avec un inhibiteur de CDK4/6 avec un TE dans le cadre du cancer du sein avancé HR+/HER2.
  • Les jeunes femmes atteintes d’un cancer du sein ont tendance à avoir des pronostics plus défavorables et un cancer plus agressif que les femmes plus âgées, mais les patientes non ménopausées sont sous-représentés dans les essais cliniques.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III MONALEESA-7 (NCT02278120) a été menée.
  • Au total, 672 femmes non ménopausées atteintes d’un cancer du sein avancé HR+/HER2 ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir du ribociclib ou un placebo, associé à de la goséréline et à un TE (un inhibiteur de l’aromatase non stéroïdien [IANS] ou du tamoxifène).
  • Critère d’évaluation principal : la SG spécifiée par le protocole.
  • La durée de suivi médiane était de 34,6 mois.
  • Financement : Novartis Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • Avec le ribociclib associé à un TE, la SG a dépassé le seuil préspécifié pour une efficacité supérieure, comparativement à une SG médiane de 40,9 mois pour le placebo (rapport de risque [RR] : 0,712 ; IC à 95 % : 0,54–0,95 ; P = 0,00973).
  • Une diminution relative d’environ 29 % du risque de décès a été observée dans le groupe ribociclib.
  • Une diminution relative d’environ 30 % du risque de décès a été observée dans le groupe ribociclib associé à un IANS, par rapport au placebo (taux de SG : 70,2 % contre 46 % ; RR : 0,699 ; IC à 95 % : 0,50–0,98).
  • Le traitement est en cours chez 35 % des patients du groupe ribociclib, contre 17 % des patients du groupe placebo.

Limites

  • Aucune limite indiquée.

Commentaires des experts

  • « C’est la plus grande étude récente qui se concentre exclusivement sur les femmes non ménopausées et démontre qu’elles aussi tirent profit de cette classe de médicaments de manière remarquable », a déclaré le Dr Harold J. Burstein, MD, de l’Institut du cancer Dana-Farber (Dana-Farber Cancer Institute), à Boston (Massachusetts). Le Dr Burstein ne participait pas à l’étude.