ASCO 2018—Les évaluations gériatriques peuvent améliorer les soins oncologiques axés sur le patient


  • Michael Schreiber, Ph.D.
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients plus âgés atteints de cancer et bénéficiant d'une évaluation gériatrique discutent davantage de leurs problèmes de santé liés à l'âge avec leurs oncologues.
  • Ces conversations entraînent plus souvent des interventions spécifiques à l'état de santé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients en oncologie gériatrique ont tendance à souhaiter un traitement qui n'aggrave pas leurs autres problèmes de santé, mais les oncologues ignorent souvent en quoi consistent ces autres problèmes de santé.
  • Cette étude soutient les directives de l'ASCO en matière d'oncologie gériatrique, qui suggèrent une évaluation gériatrique pour les patients âgés sous chimiothérapie.

Méthodologie

  • Étude contrôlée randomisée par grappes, 31 sites d'exercice, 542 patients âgés ≥70 ans, présentant des tumeurs solides ou lymphomes avancés.
  • Centres d'oncologie randomisés en 2 bras d'étude :
    • Les oncologues du bras 1 recevaient un résumé sur l'évaluation gériatrique et une liste des interventions orientées sur l'évaluation gériatrique pour leurs patients.
    • Les oncologues du bras 2 ne recevaient pas de résumé sur l'évaluation gériatrique, ni de liste d'interventions et servaient de contrôles.
  • L'évaluation gériatrique consistait en une combinaison de mesures d'autoévaluation publiées sur Internet et de mesures objectives gérées par un personnel, évaluant divers domaines liés à la santé.
  • Financement : Patient-Centered Outcomes Research Institute, National Cancer Institute.

Principaux résultats

  • Les patients du bras 1 discutaient davantage avec leurs oncologues à propos des problèmes liés à l'âge en comparaison des patients du bras 2 (moyenne 7,74 vs 4,24, P
  • Le plus grand nombre de conversations du le bras 1 a entraîné des interventions (moyennes 3,08 vs 1,15, P

Limitations

  • Cette étude n'inclut pas les mesures des résultats cliniques des patients recrutés.

Commentaire d'expert

  • « Cette étude est très importante et susceptible d'avoir un impact direct sur les soins dédiés aux patients cancéreux plus âgés. Cette étude montre qu'il est possible, par le biais d'une simple intervention, d'améliorer la communication sur ce qui préoccupe réellement les patients plus âgés atteints de cancer. » — Expert de l'ASCO Joshua Jones, MD, MA, professeur adjoint de radio-oncologie à l'Hôpital de l'Université de Pennsylvanie, Philadelphie ; il n'avait aucune implication dans l'étude.