ASCO 2018—Le nab-paclitaxel est plus toxique que le paclitaxel dans le cancer urothélial avancé


  • Brian Hoyle
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Baisse de l'optimisme concernant l'utilisation du nab-paclitaxel en traitement de seconde ligne du cancer urothélial avancé : une étude de phase 2 a constaté une efficacité similaire mais un plus grand nombre d'événements indésirables en comparaison du paclitaxel.

Pourquoi est-ce important ?

  • De tous les cancers, le cancer urothélial est le neuvième cancer le plus fréquent.
  • La chimiothérapie à base de platine demeure la norme des soins, mais elle présente un faible taux de guérison.
  • Les traitements immunitaires de seconde ligne à base d'inhibiteurs de points de contrôle fonctionnent chez quelques patients, mais pas tous.
  • Après un traitement à base de platine, le traitement de seconde ligne du cancer urothélial avancé en utilisant le nab-paclitaxel s'est avéré prometteur.
  • Le nab-paclitaxel pourrait être plus efficace et moins toxique que le paclitaxel.

Méthodologie

  • Étude multicentrique randomisée de phase 2 (NCT02033993).
  • 199 patients présentant une progression de leur cancer après un traitement à base de platine ont été répartis aléatoirement dans un groupe de traitement de 21 jours par du nab-paclitaxel (n=99) ou du paclitaxel (n=100).
  • Critère d'évaluation primaire : survie sans progression.
  • Critères d'évaluation secondaires : survie globale, réponse au traitement, événements indésirables.
  • Suivi médian : 16,4 mois.
  • Financement : Canadian Cancer Society Research Institute.

Principaux résultats

  • Les valeurs médianes de survie sans progression, de survie globale et de taux de réponse étaient similaires entre le groupe nab-paclitaxel et le groupe paclitaxel (P=0,31, 0,40 et 0,97, respectivement).
  • Durée de la réponse de l'ordre de 4,4 mois pour les deux traitements.
  • Les événements indésirables de grade 3+ toutes causes confondues étaient plus fréquents sous nab-paclitaxel (P=0,009).
  • Scores de qualité de vie similaires entre le nab-paclitaxel et le paclitaxel.

Limitations

  • Données de phase 2 avec une taille d'étude relativement petite.

Commentaire d’expert

  • « Bien que les taxanes constituent encore une importante option thérapeutique pour le traitement de seconde ligne du cancer urothélial métastatique, ce contexte clinique présente toujours une lacune thérapeutique. De nouveaux traitements sont toujours recherchés, en particulier pour les patients présentant des tumeurs qui ne réagissent pas aux traitements par les taxanes ou par les inhibiteurs de points de contrôle, » indique l'orateur Srikala Sridhar, MD, Princess Margaret Cancer Centre, University Health Network, Toronto, Ontario, Canada.