ASCO 2018—La survie globale dans certains cancers du poumon non à petites cellules est accrue en ajoutant du pembrolizumab à la chimiothérapie


  • Univadis
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L'addition de l'agent d'immunothérapie pembrolizumab à la chimiothérapie améliore la survie globale des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules épidermoïde métastatique, non traités antérieurement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces patients représentent une importante population souffrant d'une maladie qui leur offre peu d'options.
  • Le pembrolizumab est un inhibiteur de point de contrôle qui cible la voie PD-1/PD-L1.

Principaux résultats

  • Avec le pembrolizumab et la chimiothérapie :
    • La survie globale médiane était de 15,9 mois contre 11,3 mois avec la chimiothérapie et le placebo.
    • Différence de 4,6 mois (P=0,0008).
  • Survie sans progression médiane :
    • 4,8 mois avec la chimiothérapie et le placebo. 
    • 6,4 mois avec le pembrolizumab et la chimiothérapie (P

Méthodologie

  • Les chercheurs ont réparti 278 patients dans le groupe pembrolizumab et 281 patients dans le groupe placebo dans l'étude KEYNOTE-407.
  • Des patients naïfs de traitement atteints de cancer du poumon non à petites cellules de stade IV, avec histologie épidermoïde et statut de performance de 0-1, ont été recrutés après prélèvement tissulaire pour déterminer l'expression de PD-L1.
  • Ils ont reçu 200 mg de pembrolizumab toutes les 3 semaines ou une chimiothérapie à base de carboplatine, de paclitaxel ou de nab-paclitaxel pendant 4 cycles.
  • Après la chimiothérapie initiale, les patients sous pembrolizumab ont reçu l'inhibiteur de point de contrôle pendant 31 cycles supplémentaires.
  • Financement : Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, USA.

Limitations

  • Les patients présentant des métastases dans le cerveau et des infections pulmonaires étaient exclus.