ASCO 2018—La nélarabine améliore significativement la survie chez les patients juvéniles atteints de leucémie lymphoblastique aiguë à cellules T


  • Michael Schreiber, Ph.D.
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La nélarabine chez les enfants et les jeunes adultes atteints de leucémie lymphoblastique aiguë à cellules T est associée à une fréquence de rechutes moindre dans le système nerveux central et à une survie améliorée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans le cadre du traitement standard, la survie à 4 ans était d'environ 80 % pour les patients atteints de leucémie lymphoblastique aiguë à cellules T.

Méthodologie

  • Dans l'étude de phase 3 COG AALL0434, 1545 patients (âgés de 1 à 30 ans, diagnostiqués comme atteints de leucémie lymphoblastique aiguë à cellules T, traités par induction standard avec 4 médicaments, chimiothérapie à base de 11 médicaments et irradiation crânienne) ont été randomisés dans 4 bras de traitement :
    • dose croissante de méthotrexate (C-MTX),
    • C-MTX + nélarabine,
    • dose élevée de méthotrexate (HD-MTX), ou
    • HD-MTX + nélarabine.
  • Critère d'évaluation primaire : survie globale et survie sans maladie à 4 ans.
  • Financement : National Cancer Institute, St. Baldrick’s Foundation.

Principaux résultats

  • Parmi tous les patients traités, 90,2 % ont survécu au moins 4 ans.
  • Le taux global de survie sans maladie à 4 ans était de 84,3 %.
  • La survie des patients recevant la nélarabine était significativement supérieure à celle des patient ne recevant pas ce médicament (unilatéral P=0,0450).
  • Les patients recevant l'association nélarabine + C-MTX obtenaient la meilleure survie globale (91 % à 4 ans).
  • Les neurotoxicités périphériques étaient similaires dans tous les bras.

Limitations

  • L'irradiation crânienne est un traitement de moins en moins utilisé dans cette population de patients. De nouvelles études sont donc nécessaires pour évaluer la nélarabine dans les protocoles de traitement sans irradiation crânienne.

Commentaire d'expert

  • « En tant qu'oncologues, nous nous efforçons constamment d'améliorer les soins et les résultats de nos patients, même dans le cas de cancers où les taux de survie sont relativement élevés par rapport à d'autres. Nous savons à présent qu'il est possible d'accroître significativement la survie des enfants et des jeunes adultes atteints de formes rares de leucémie et de lymphome, sans introduire d'effets secondaires sévères susceptibles d'altérer leur qualité de vie, » indique le Président de l'ASCO Bruce E. Johnson, MD, dans une déclaration. Il n'a aucune implication dans l'étude.