ASCO 2018—La gravité des symptômes du cancer de la tête et du cou diminue grâce à la surveillance à distance des symptômes


  • Michael Schreiber, Ph.D.
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients sous radiothérapie pour un cancer de la tête et du cou manifestent des symptômes moins graves si leurs médecins surveillent les effets secondaires à distance.

Pourquoi est-ce important ?

  • La technologie de détection mobile (capteurs portables) a été utilisée dans cette étude chez des patients âgés jusqu'à 86 ans.
  • Des modalités thérapeutiques fondées sur la technologie sont donc applicables sur des populations de patients plus âgés.

Méthodologie

  • Étude clinique randomisée évaluant 375 patients traités par radiothérapie pour un cancer de la tête et du cou (âge de 25 à 86 ans).
  • 169 patients ont été randomisés pour recevoir un système de surveillance des symptômes reposant sur une technologie de détection mobile par capteurs portables, appelée CYCORE (CYberinfrastructure for COmparative effectiveness REsearch).
  • 188 patients ont reçu le traitement habituel.
  • La gravité des symptômes a été évaluée en utilisant l'inventaire des symptômes de MD Anderson en 28 points.
  • Financement : National Cancer Institute.

Principaux résultats

  • À la fin de la radiothérapie, les scores généraux moyens étaient de
    • 2,9 dans le groupe CYCORE contre
    • 3,4 dans le groupe recevant les soins habituels (P=0,003).
  • Les scores moyens des symptômes spécifiques au cancer à la fin du traitement étaient de
    • 4,2 dans le groupe CYCORE contre
    • 4,8 dans le groupe recevant les soins habituels (P=0,009).
  • De même, les scores étaient significativement différents 6 à 8 semaines après la fin de la radiothérapie.
  • Plus de 80 % des patients ont adhéré à la surveillance quotidienne des symptômes dans le groupe CYCORE.

Limitations

  • Les participants à l'étude étaient sélectionnés au sein d'une population essentiellement caucasienne dans un seul centre de cancérologie.

Commentaire d'expert

  • « Ces outils ont permis de simplifier les soins tant pour les patients que pour les professionnels de santé en facilitant l'identification des effets secondaires émergeants et en les traitant rapidement et efficacement pour alléger les contraintes liées au traitement. J'espère que ces technologies ou d'autres approches similaires seront bientôt largement disponibles auprès des patients. » — Bruce E. Johnson, MD, Président de l'ASCO, aucune implication dans l'étude.