ASCO 2018—Amélioration modeste de la survie sans progression par addition du tasélisib au fulvestrant dans le traitement du cancer du sein avec mutation PIK3CA


  • Michael Schreiber, Ph.D.
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L'addition du tasélisib, un inhibiteur de mutants de PI3K, au fulvestrant est associée à une modeste amélioration de la survie sans progression des femmes atteintes d'un cancer du sein avec mutation PIK3CA.
  • La toxicité élevée induite par l'association nécessite le développement d'inhibiteurs de PI3K de nouvelle génération qui présentent moins d'effets indésirables non ciblés.

Pourquoi est-ce important ?

  • L'étude SANDPIPER est la première étude contrôlée contre placebo évaluant un inhibiteur sélectif de mutants de PI3K dans une population atteinte de cancer du sein définie par des biomarqueurs (cancer positif pour les récepteurs des œstrogènes, avec mutation PIK3CA, métastatique ou localement avancé).

Principaux résultats

  • Survie sans progression médiane :
    • 7,4 mois avec l'association tasélisib + fulvestrant (n=340) vs
    • 5,4 mois avec l'association placebo + fulvestrant (n=176) (P=0,0037).
  • L'addition du tasélisib au fulvestrant était associée à une toxicité accrue :
    • 32,0 % avec le tasélisib vs
    • 8,9 % avec le placebo.
  • Le taux d'abandon était également supérieur sous tasélisib :
    • 16,8 % avec le tasélisib vs 
    • 2,3 % avec le placebo.

Méthodologie

  • L'étude SANDPIPER comprenait des patients atteints de cancer du sein avec tumeurs positives pour la mutation PIK3CA, qui ont été assignés aléatoirement dans le rapport 2:1 pour recevoir les traitements suivants : 
    • tasélisib 4 mg par jour + fulvestrant, ou
    • placebo une fois par jour + fulvestrant.
  • Le critère d'évaluation primaire de l'étude était la survie sans progression évaluée par le médecin investigateur.
  • Financement : Hoffmann-La Roche.

Limitations

  • Toxicité élevée, en particulier gastro-intestinale, entraînant de nombreux abandons sous tasélisib + fulvestrant.

Commentaire d'expert

  • « Voilà une cible très attractive contre une mutation qui est probablement la plus commune dans le cancer du sein, et qui survient également dans d'autres tumeurs. Il s'agit d'un petit progrès, mais ce progrès est important car nous pouvons à l'évidence cibler efficacement la voie [PI3K] et, espérons-le, aller de l'avant pour développer une approche précise et ciblée de traitement de ce sous-type commun de cancer du sein. » — Expert de l'ASCO Harold Burstein, MD, PhD, FASCO, professeur adjoint en médecine, Harvard Medical School. Il n'a aucune implication dans l'étude.