Article d’opinion : être atteint du COVID-19 confère-t-il une immunité ?

  • Kirkcaldy RD & al.
  • JAMA
  • 11 mai 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les auteurs d’un article d’opinion paru dans la revue JAMA rendent compte des données probantes préliminaires limitées relatives à l’immunité post-infection suite au rétablissement de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et mettent en évidence les lacunes actuelles concernant les connaissances à ce sujet.

Pourquoi est-ce important ?

  • Si le rétablissement du COVID-19 affecte l’immunité ou la sévérité de la réinfection, ces facteurs pourraient influer sur les décisions de santé publique relatives à la distanciation sociale.
  • Une personne ayant une immunité contre le virus pourrait également être en mesure de faire un don de plasma en tant que donneur convalescent.

Points clés

  • Ce que l’on sait :
    • Après une infection au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2), les anticorps IgM et IgG sont décelables dans les jours ou les semaines qui suivent l’apparition des symptômes chez la plupart des individus.
    • Avec la plupart des autres coronavirus, les concentrations d’IgG restent élevées pendant environ quatre à cinq mois, puis diminuent progressivement au cours des deux ou trois années qui suivent.
    • Une étude menée auprès de neuf patients atteints du COVID-19 a révélé que des titres d’anticorps plus élevés étaient liés à une sévérité clinique plus importante de la maladie.
    • Une étude portant sur quatre macaques rhésus délibérément infectés au SARS-CoV-2 a découvert que les animaux n’ont pas été réinfectés 28 jours plus tard, lorsque le virus leur a été inoculé à nouveau.
  • Lacunes relatives aux connaissances :
    • La durabilité et la durée des anticorps neutralisants dirigés contre le SARS-CoV-2 sont inconnues.
    • La relation entre la réponse d’anticorps et l’amélioration clinique n’est pas clairement établie.
    • On ignore si des titres d’anticorps plus élevés sont corrélés à une amélioration clinique.
    • La durée pendant laquelle l’excrétion du virus persiste n’est pas connue.