Arthrose : et si l’activité physique avait un effet inverse sur le risque d’arthroplastie au genou et à la hanche ?

  • Munugoda IP & al.
  • Osteoarthr Cartil
  • 21 févr. 2018

  • de Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une étude prospective publiée dans Osteoarthritis and Cartilage, une mesure objective ambulatoire de l’activité physique (déterminée par le nombre de pas/jour à l’aide d’un podomètre) serait associée à une augmentation faible du risque d'arthroplastie du genou (+9%) alors qu’elle serait associée à une réduction faible du risque d'arthroplastie de la hanche (-10%). Les profils présentant les compositions corporelles les plus délétères (IMC, masse grasse totale, masse grasse au niveau du tronc et circonférence à la taille élevés) étaient également associés à l’arthroplastie du genou mais pas de la hanche. Selon les auteurs, ces données suggèrent qu’il existerait des mécanismes physiopathologiques différents reliant activité physique, obésité et risque d’arthroplastie au genou ou à la hanche.

Pourquoi est-ce important ?

Certaines données de la littérature ont suggéré que la charge excessive ou répétée sur les articulations pourrait être délétère pour celles-ci et constituer un facteur de risque d’arthrose. D’autres données, en revanche, ont montré que l’activité physique, par une mise en charge dynamique, pouvait améliorer l’intégrité des structures articulaires, en particulier du cartilage. Mais aucune étude n’avait utilisé une mesure objectivée de l'activité physique pour évaluer l’association entre cette dernière et le risque d’arthroplastie du genou ou de la hanche.

Principaux résultats

  • Au global, 1.082 sujets ont été inclus dans le modèle arthroplastie du genou et 1.066 dans le modèle arthroplastie de la hanche. Sur un suivi de 13,3 années, 74 (6,8%) des sujets inclus ont eu une arthroplastie du genou et 50 (4,7%) une arthroplastie de la hanche. En moyenne l’activité physique était de 8.646 pas/jour, l’IMC moyen de 27,9 kg/m2, la masse grasse totale moyenne de 28,2 kg, la masse grasse moyenne au niveau du tronc de 12,7 kg, le pourcentage moyen de masse maigre de 63,0% et la circonférence moyenne à la taille de 94,0 cm. 
  • À l’inclusion, après ajustement (sur l’âge, le sexe, la présence d’une arthrose radiographique et la douleur), chaque augmentation de l’activité physique de 1.000 pas/jour était associée à une augmentation de 9% du risque d’arthroplastie du genou (RR 1,09/1.000 pas/jour [1,10-1,16]) et à une diminution de 10% du risque d’arthroplastie de la hanche (RR 0,90/1.000 pas/jour [0,81-0,99]).
  • L’IMC (RR 1,07/kg/m2 [1,03-1,12]), la masse grasse totale (RR 1,04/kg [1,02-1,07]), la masse grasse totale au niveau du tronc (RR : 1,04/kg [1,02-1,07]) et la circonférence à la taille (RR 1,03/cm [1,01-1,05]) étaient associés à un risque plus élevé d’arthroplastie du genou, mais pas de prothèse de hanche.

Méthodologie

L’étude prospective Tasmanian Older Adult Cohort (TASOAC) est un essai mené chez des sujets âgés de 50 à 80 ans entre 2002 et 2004. Les sujets inclus devaient porter un podomètre durant 7 jours consécutifs et suivre de manière normale leurs activités quotidiennes. Les mesures ont été répétées 6 mois plus tard afin de déterminer si les habitudes étaient modifiées suivant les saisons. Les sujets ont été regroupés en tertiles en fonction du nombre moyen de pas par jour (tertile 1 ≤6.266 pas/jour, tertile 2 entre 6.267-9 .051 pas/jour et tertile 3 ≥9.052 pas/jour).

Principales limitations

Les variations d’activité physique dans le temps n’ont pas été considérées. Aucune information concernant l’intensité ou la nature de l’activité n’a été mentionnée.