Arthrose et radiothérapie à faible dose


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

La radiothérapie à faible dose est fréquemment utilisée en Allemagne pour la prise en charge de l’arthrose. Des études in vitro ont montré qu’elle présentait des effets anti-inflammatoires lors d’un usage fractionné à faibles doses (jusqu’à 1Gy). Cependant, les résultats à 3, 6 et 12 mois de 2 essais cliniques qui viennent d’être publiés, ne montrent aucun bénéfice de ce traitement sur le soulagement de la douleur ou la fonctionnalité des sujets souffrant de gonarthrose ou d’arthrose de la main. Ainsi, ces données ne permettent pas de supporter l’intérêt de cette thérapeutique. 

Protocole de l’étude

Un essai clinique a inclus des patients souffrant d’arthrose de la main et un autre des patients souffrant d’arthrose du genou selon les critères de l’American College of Rheumatology (ACR) dans les deux cas. Ces études ont été réalisées dans le département de rhumatologie d’un centre de soins aux Pays-Bas. Pour être inclus, les patients devaient avoir un score de douleur ≥5 sur une échelle allant de 0 à 10, durant au moins 15 des 30 derniers jours et ne devaient pas présenter de fibromyalgie (critères ACR 2011 modifiés). Dans les deux essais, après stratification sur leur score de douleur (Outcome Measures in Rheumatology Osteoarthritis Research Society International), évaluant notamment l’amélioration de la douleur et de la fonctionnalité. Les résultats présentés dans cette publication sont ceux à 6 et 12 mois.

Principaux résultats

Au total, 55 patients souffrant d’arthrose du genou et 56 souffrant d’arthrose de la main ont été inclus dans les essais cliniques. Dans ces 2 études, les données à 6 et 12 mois n’ont montré aucune différence significative en ce qui concerne la proportion de patients ayant atteint la réponse OMERACT-OARSI entre les groupes ayant bénéficié de l’irradiation à faible dose et les bras contrôles : odds ratio 1,34 [0,41-4,42] à 6 mois, 1,41 [0,45-4,48] à 12 mois pour le groupe gonarthrose et 0,57 [0,18-1,81] à 6 mois, 1,23 [0,37-4,12] à 12 mois pour le groupe arthrose de la main.

Aucune différence significative n’a été mise en évidence entre les groupes traités et placebo dans les deux essais sur les autres critères cliniques à 6 et 12 mois.

Cinq patients (groupes irradiation et placebo) ont eu des effets indésirables graves, mais aucun n’a été relié au traitement. 

Principale limitation

Les effectifs étaient faibles.