Arthrose du genou : quel est le meilleur traitement non chirurgical ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le naproxène, un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien, a été classé comme étant le traitement conservateur le plus efficace pour l’arthrose du genou (AG) dans un nouvel examen publié dans la revue Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons (JAAOS).

Les chercheurs ont analysé les données provenant de 56 études ayant examiné des traitements de l’AG pendant au moins 28 jours et ont inclus un minimum de 30 participants par groupe d’étude afin de déterminer l’efficacité des anti-inflammatoires non stéroïdiens, du paracétamol, des corticoïdes intra-articulaires (IA), du plasma riche en plaquettes IA et de l’acide hyaluronique IA en comparaison les uns avec les autres et avec des placebos par voie orale et par voie IA.

Ils ont découvert que pour la douleur, tous les traitements actifs ont montré une significativité par rapport au placebo oral, les corticoïdes IA ayant la plus grande ampleur d’effet. Seuls les corticoïdes ont montré une significativité par rapport au placebo IA lors de l’évaluation de la douleur seule.

En ce qui concerne la fonction, aucun traitement IA n’a montré de significativité par rapport à l’un ou l’autre des placebos, et le naproxène s’est avéré être le seul traitement montrant une significativité clinique, par rapport au placebo oral.

Le naproxène a été classé comme étant le traitement individuel de l’AG le plus efficace. Lorsqu’il a été associé aux corticoïdes IA, il s’est avéré être le traitement ayant la meilleure probabilité d’améliorer la douleur et la fonction.

Les auteurs ont indiqué que les futures recherches sur l’AG doivent recourir au naproxène et aux corticoïdes IA comme comparateurs actifs afin d’évaluer les nouveaux traitements ou les traitements existants.