Arthrose : des changements simples apportés à l’alimentation peuvent-ils réduire les symptômes ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude suggère que la consommation de suppléments quotidiens d’huile de poisson pourrait aider à réduire la douleur chez les patients atteints d’arthrose.

Dans ce qui est l’étude la plus récente et la plus vaste en son genre, des chercheurs ont analysé les données provenant de 68 études afin d’examiner l’effet des facteurs alimentaires dans le cadre de l’arthrose, dans le but de faire une synthèse destinée aux cliniciens des résultats issus des recherches actuelles. 

Ils ont conclu que la hausse de la consommation d’acides gras n-3 à chaîne longue (suppléments d’huile de poisson/de poisson gras) pourrait améliorer la douleur et la fonction chez les patients atteints d’arthrose. Par ailleurs, l’augmentation de la consommation de sources alimentaires riches en vitamine K et la réduction du taux de cholestérol sanguin élevé pourraient être bénéfiques dans le cadre de l’arthrose, ont-ils indiqué. Les données probantes indiquant un rôle joué par la supplémentation en vitamine D dans le cadre de l’arthrose «  ne sont pas convaincantes ».   Les auteurs ont également déclaré que les patients en surpoids et obèses atteints d’arthrose doivent mettre en œuvre une stratégie de perte de poids intégrant une activité physique adaptée à leur mobilité.

Présentant les résultats dans la revue Rheumatology, les auteurs ont déclaré qu’ils pourraient servir à soutenir le développement de directives utilisant le processus Delphi de consensus d’experts afin d’élaborer des recommandations, en attendant des essais de plus grande envergure portant sur des patients atteints d’arthrose de phénotype clairement défini.

« Étant donné l’insuffisance actuelle des options thérapeutiques, il convient d’essayer tout moyen dépourvu de risque qui permet de réduire la progression ou de soulager les symptômes invalidants dans ce groupe de patients aussi étendu ».