Arthroplastie totale du genou et risques associés : données actualisées en fonction de l’âge

  • Courage O & al.
  • EFORT Open Rev

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une revue systématique de la littérature s’est intéressée aux complications de l’arthroplastie totale du genou (ATG) en fonction de l’âge (<80 ans ou ≥80 ans). Les données suggèrent :

  • une augmentation du risque de complications médicales et chirurgicales chez les sujets les plus âgés,
  • une mortalité post-chirurgicale plus importante chez les plus âgés.

 

Pourquoi est-ce important ?

Environ 18% de la population âgée souffre d’arthrose sévère du genou aboutissant à une demande accrue d’arthroplastie totale du genou. Cette intervention est toujours largement débattue pour les plus de 80 ans, du fait, notamment de données contradictoires sur les conséquences de celle-ci chez les plus âgés. Par ailleurs, il est essentiel d’informer les patients des risques potentiels associés à une intervention chirurgicale. Ces informations sont donc utiles à la pratique et viennent réactualiser les données d’une revue systématique de la littérature menée sur le sujet en 2015. Elles constituent une base factuelle de données permettant d’aboutir à une décision médicale partagée. 

 

Méthodologie

Cette revue de la littérature a comparé les conséquences d’une arthroplastie totale de genou (≥80 ans versus <80 ans) en termes de taux de complications chirurgicales, médicales et de mortalité.

 

Principaux résultats

Au total, 13 études ont été retenues, toutes étaient des études de cohorte ou des études cas-témoins. Les analyses ont montré que les complications chirurgicales post-arthroplastie totale du genou chez les sujets de ≥80 ans variaient selon les études entre 0,6% et 21,1%. Par comparaison, ces taux étaient compris entre 0,3% et 14,6% chez des sujets plus jeunes. Il n’y avait pas d’hétérogénéité entre ces études (I2=0%). Les complications liées à la cicatrisation des plaies variaient de 0,5% à 20% pour les plus âgés et de 0,8% à 22% pour les plus jeunes (I2=1%). Les complications médicales étaient un peu plus fréquentes chez les plus âgés 0,4% à 17,3% que chez les plus jeunes 0,2% à 11,5% (I2 20% à 70%).

La mortalité à 90 jours était également plus importante chez les plus âgés, entre 0% et 2%, alors qu’elle variait entre 0% et 0,03% pour les plus jeunes. La mortalité à 2 ans allait de 3,2% à 12,0% chez les plus âgés et de 0% à 1,5% chez les plus jeunes. La mortalité à 10 ans variait quant à elle de 28% à 32% chez les plus âgés et de 7% à 12% chez les plus jeunes.

La littérature fait aussi état d’un nombre plus important de jours d’hospitalisation, en revanche les données étaient contradictoires concernant les complications rapportées par les patients.

 

Principales limitations

Les populations incluses dans les différentes études étaient très hétérogènes.