Arthroplastie du genou : l’amélioration fonctionnelle est-elle toujours associée à la satisfaction du patient ?

  • Bonnefoy-Mazure A & al.
  • J Arthroplasty
  • 26 mai 2020

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Des chercheurs ont montré que l’amélioration des paramètres cliniques et des paramètres de marche ne se traduisait pas forcément par la satisfaction des patients un an après une arthroplastie. Des seuils de satisfaction ont été établis à 1,2 m/s pour la vitesse de marche et à 50 degrés pour la flexion du genou.

Méthodologie

Cette étude ancillaire a évalué de manière rétrospective les paramètres de marche de patients devant subir une arthroplastie unilatérale totale du genou entre 2011 et 2013. Le seuil d’amélioration clinique et le seuil de satisfaction de l’état de santé selon la perception du patient ont été mesurés pour la vitesse de marche et la flexion maximale du genou à partir de 6 questions auxquelles le patient devait répondre. Ces questionnaires ont été réalisés 1 semaine avant l’opération et réitérées 1 an après.

Principaux résultats

Durant la période d’évaluation considérée, les données de 79 patients (âge moyen 68,5 ans, 65% de femmes) ont pu être analysées. Bien que la vitesse de marche et la flexion du genou aient été améliorées chez respectivement 77% et 67% des individus suivis, la satisfaction globale moyenne des patients restait modeste.

Un an après l’arthroplastie, le seuil de satisfaction des patients était atteint à partir d’une vitesse de marche de 1,2 m/s et d’une flexion minimale du genou de 50°. Pour repère, la vitesse normale de marche d’un sujet de 60-70 ans en bonne santé est de 1,2 m/s pour une femme et de 1,4 m/s pour un homme. Le seuil de satisfaction patient déterminé à 50° de flexion du genou est par ailleurs cohérent avec les données de la littérature, et la réalisation des activités de la vie courante. Bien qu’une amélioration de tous les paramètres cliniques et de marche ait été constatée un an après l’intervention chirurgicale, celle-ci n’apportait pas au patient le sentiment d’une amélioration fonctionnelle satisfaisante.

Principale limitation

Cette étude porte sur une population de petite taille.