Arrêt d’un traitement anticoagulant post-TEV : les risques de récidive perdurent longtemps…

  • Khan F & al.
  • BMJ
  • 24 juil. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Chez les sujets ayant fait une première thromboembolie veineuse (TEV) non provoquée et traités durant au moins 3 mois par anticoagulant :

  • Le risque de récidive de TEV serait de 10% la première année après arrêt du traitement anticoagulant, 16% la seconde et 25% à 5 ans.
  • 10 ans après une TEV, un risque important de récidive serait toujours présent et concernerait 36% des individus.
  • Le risque de décès lié à une récidive de TEV sur 10 ans, serait quant à lui de 4%.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Le bénéfice clinique d’un traitement anticoagulant instauré dans le cadre d’une thromboembolie veineuse sur le risque de récidive est bien admis mais ne se maintient pas à l’arrêt du traitement. Il est donc intéressant d’avoir des données sur les risques de récidive à court, moyen et long termes après l’arrêt de celui-ci dans un contexte de TEV non provoquée.

Méthodologie

Cette méta-analyse est basée sur 18 études ayant inclus 7.515 patients. Quatre études étaient des études observationnelles prospectives de cohorte et 14 des essais randomisés.

Principaux résultats

Le taux de première récidive de TEV après arrêt d’un anticoagulant était de 10,3/100 patients-année la première année après l’arrêt du traitement anti-coagulant. L’incidence cumulée des TEV était de 16% à 2 ans, 25% à 5 ans, 36% à 10 ans.

Les individus ayant une thrombose veineuse profonde distale avaient un taux poolé de récidive de TEV de 1,9 événements la première année après l’arrêt de l’anticoagulant. 

Le taux poolé de récidive de TEV la première année était supérieur chez les hommes par rapport aux femmes, respectivement 11,9 et 8,9/100 personnes-année et cette tendance persistait dans le temps avec une incidence cumulée de récidives à 10 ans, respective de 41% et 29%.

Par rapport aux sujets qui avaient eu une embolie pulmonaire seule, le risque de récidive de TEV était augmenté de 40% et de 50%, respectivement chez ceux qui avaient eu une thrombose veineuse profonde proximale et ceux qui cumulaient les deux. 

Enfin, le taux de décès sur 10 ans, lié à une récidive de TEV après une TEV non provoquée serait de 4%.