Arrêt cardiaque : le pouvoir prédictif de la géométrie du ventricule gauche


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'arrêt cardiaque est associé à un faible taux de survie, inférieur à 10 %. Le défibrillateur cardiaque automatique implantable (DAI) réduit le risque de décès par mort subite cardiaque. Cependant, les critères d'éligibilité à l'implantation d'un tel dispositif sont encore imparfaits. Il apparaît notamment que la fraction d'éjection ventriculaire gauche (FEVG) pourrait être insuffisante pour stratifier le risque d'arrêt cardiaque et orienter le patient vers l'implantation d'un DAI. La géométrie du ventricule gauche (VG), déjà prédictif du risque de morbidité cardiovasculaire et de décès toutes causes confondues, pourrait constituer un outil supplémentaire. Des chercheurs se sont intéressés au taux de mort subite cardiaque selon la géométrie ventriculaire gauche.

Méthodologie

  • Tous les cas de mort subite cardiaque survenus entre février 2002 et janvier 2015 issus de l'étude prospective Oregon SUDS (Oregon Sudden Unexpected Death Study) ont été passés en revue.

  • Ont été inclus dans cette analyse tous les adultes de 18 ans ou plus pour lesquels un électrocardiogramme avait été réalisé peu de temps avant l'incident et qui présentaient une FEVG≤40%. Ils étaient comparés à des sujets contrôles de la même zone géographique.

  • Les données démographiques et cliniques relatives aux patients étaient analysées ainsi que les ECG, étudiés par un groupe de trois médecins.

  • La géométrie ventriculaire gauche était définie selon l'index de masse ventriculaire gauche (IMVG, pathologique au dessus de 110g/m² chez les femmes et de 134/m² chez les hommes) et selon l’épaisseur relative des parois (ERP) calculée en rapportant celle du (septum interventriculaire+paroi postérieure) sur celle du VG en diastole (pathologique si ≤0,45).

  • Quatre groupes étaient définis : géométrie normale (ERP normale, IMVG normal), remodelage concentrique (ERP anormale, IMVG normal), hypertrophie concentrique (ERP anormale, IMVG pathologique) et hypertrophie excentrique (ERP normale, IMVG pathologique).

Résultats

  • Les données de 172 sujets ayant présenté un arrêt cardiaque ont été comparées à celles de 74 sujets contrôles sans antécédents de mort subite cardiaque (MSC).

  • Les patients ayant souffert de MSC présentaient une FEVG significativement inférieure au groupe contrôle : 29,4±7,9% vs 30,8±6,3% (p=0,021).

  • Le taux de sujets présentant une géométrie du VG normale était plus faible (30,2% vs 43,2%, p=0,048) et les cas d'hypertrophie excentrique étaient plus fréquents (40,7% vs 25,7%, p=0,025).

  • Une analyse multivariée a permis de montrer que l'hypertrophie excentrique était prédictive de mort subite cardiaque (odds ratio : 2,15 [IC95% 1,08–4,29] p=0,03).

Limitations

La sélection de patients a pu être biaisée par le fait que l'étude excluait les sujets n'ayant pas d'ECG disponible avant l'incident.

La reproductibilité des ECG, obtenus de façon rétrospective à partir d'une pratique de routine clinique, n'est pas garantie.

À retenir

L'hypertrophie excentrique est un paramètre qui pourrait être utilisée de façon complémentaire à la valeur de la FEVG pour orienter des sujets à risque d'arrêt cardiaque vers l'implantation d'un DAI.