Après une chimiothérapie pour un cancer du sein précoce, les statines montrent une protection contre l’IC

  • Abdel-Qadir H & al.
  • J Am Heart Assoc
  • 6 janv. 2021

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Pour les femmes plus âgées ayant reçu un traitement par anthracyclines pour un cancer du sein précoce, le risque d’hospitalisation ou de visite au service des urgences pour cause d’insuffisance cardiaque (IC) diminue avec l’exposition aux statines.

Pourquoi est-ce important ?

  • Auteurs : les résultats suggèrent que les statines peuvent réduire le risque d’IC dans cette population, et que l’utilisation de statines « doit être encouragée » au moment de l’instauration d’une chimiothérapie potentiellement cardiotoxique.

Principaux résultats

  • À 5 ans, l’incidence cumulée (IC à 95 %) des présentations à l’hôpital ou au service des urgences pour cause d’IC parmi les patientes ayant été exposées à des anthracyclines était de :
    • 1,2 % (0,5–2,6 %) dans le cas d’une exposition à des statines ;
    • 2,9 % (1,7–4,6 %) sans exposition à des statines.
    • Rapport de risque (RR) spécifique par cause dans le cas d’une exposition à des statines : 0,45 (IC à 95 % : 0,24–0,85).
  • Chez les patientes ayant été traitées par trastuzumab, le RR spécifique par cause dans le cas d’une exposition à des statines n’était pas significatif (0,46 ; IC à 95 % : 0,20–1,07).
  • L’utilisation de statines chez des patientes ayant été traitées par trastuzumab avec ou sans anthracyclines antérieures n’a pas été associée non plus aux présentations à l’hôpital ou au service des urgences pour cause d’IC.
  • Les résultats des analyses de sensibilité étaient largement similaires.

Méthodologie

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de données provenant de bases de données administratives reliées entre elles.
  • Elle a inclus 3 916 femmes âgées de 66 ans ou plus, sans IC antérieure, traitées par anthracyclines ou trastuzumab pour un cancer du sein précoce nouvellement diagnostiqué en Ontario, au Canada, durant la période 2007–2017.
  • Un appariement selon les scores de propension a été effectué selon un rapport de 1:1 en fonction de l’exposition à des statines ou de l’absence d’exposition.
  • Un autre appariement a été effectué selon un rapport de 1:1 en fonction de l’exposition à des anthracyclines ou de l’exposition à du trastuzumab.
  • Financement : Institut pour les sciences évaluatives cliniques (ISEC) par le biais du ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario ; autres.

Limites

  • Étude rétrospective et observationnelle basée sur des données administratives.
  • Possibilité de facteurs de confusion résiduels, aucune causalité établie.
  • Imputation multiple de valeurs manquantes pour les analyses de sensibilité.