Après l’éradication de H. pylori, la surveillance du cancer gastrique doit être prolongée chez certains patients

  • J Gastroent

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une atrophie gastrique légère à modérée au moment de la guérison de l’infection à Helicobacter pylori est associée à un risque accru de cancer gastrique de type diffus entre 10 et 20 ans après la guérison.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients présentant une atrophie gastrique légère à modérée au moment de la guérison de l’infection à H. pylori doivent faire l’objet d’une surveillance endoscopique au-delà de 10 ans.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective (n = 2 737) a été menée.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Durée de suivi moyenne : 7,1 ans (maximum : 21,4 ans).
  • 0,35 % des patients ont développé un cancer gastrique chaque année.
  • 0,15 % des patients présentant une atrophie légère, 0,29 % de ceux présentant une atrophie modérée et 0,67 % de ceux présentant une atrophie sévère ont développé un cancer gastrique chaque année (P ≤ 0,001).
  • Chez les patients présentant une atrophie légère à l’inclusion, la probabilité de développer un cancer de type diffus est devenue plus importante entre 10 et 20 ans après le traitement de l’infection à H. pylori. Quatre cancers de ce type ont été observés, contre une valeur attendue de 0.
  • Une analyse de la courbe de Kaplan-Meier a montré que, dans le cas d’une atrophie légère ou modérée, le risque de cancer de type diffus était supérieur entre 10 et 20 ans après la guérison de l’infection à H. pylori que durant la première décennie.
  • Aucune différence n’a été observée au niveau du risque de cancer gastrique de type intestinal entre la première et la deuxième décennie de suivi, selon l’atrophie présente à l’inclusion.

Limites

  • Monocentrique.
  • Population japonaise.