Appui conjoint de l’UE et des É.-U. pour la recherche transatlantique sur les maladies neurodégénératives


  • Dawn O'Shea
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le programme conjoint de recherche sur les maladies neurodégénératives de l’UE (Joint Programme on Neurodegenerative Disease Research, JPND) et l’Institut national sur le vieillissement (National Institute on Aging, NIA), qui fait partie des Instituts nationaux de la santé des États-Unis (National Institutes of Health, NIH), ont annoncé la création d’une nouvelle initiative de collaboration afin de mettre en liaison et d’appuyer les collaborations entre les chercheurs travaillant dans ce domaine.

En 2017, le NIA et le JPND ont lancé chacun de leur côté des appels à propositions pour étudier les voies et mécanismes communs qui sont impliqués dans les maladies neurodégénératives. Dans cette nouvelle action commune, les chercheurs bénéficiant de l’appui du JPND sont invités à faire équipe avec les chercheurs bénéficiant de l’appui du NIA, et vice versa, afin de proposer des activités conjointes telles que des ateliers communs, des échanges de données et des expériences pilotes. Il est espéré que ces activités apporteront une valeur ajoutée aux travaux scientifiques entrepris dans les projets en cours en accélérant les transferts de connaissances entre les groupes de recherche.

« La collaboration est la clé pour progresser dans notre compréhension des fondements biologiques des maladies neurodégénératives », a déclaré le président du JPND, le professeur Philippe Amouyel. « Les sommes allouées dans le cadre de cette action commune procureront aux chercheurs des NIH et du JPND l’opportunité de collaborer et de partager des connaissances, des outils et des données de manière plus systématique et efficace. Elles permettront d’améliorer les recherches actuelles sur les mécanismes fondamentaux des maladies neurodégénératives, tout en plantant les graines des collaborations de demain. »