Appendicite : la prise en charge non chirurgicale efficace dans près de 70% des cas

  • Minneci PC & al.
  • JAMA
  • 27 juil. 2020

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Cet essai contrôlé non randomisé ayant inclus plus de 1.000 patients, montre que la prise en charge non chirurgicale par antibiothérapie seule est sûre et efficace dans 67,1% des cas chez des enfants présentant une appendicite aiguë non compliquée, et qu’elle est associée à moins de journées d’incapacité à 1 an que la prise en charge chirurgicale en urgence.

 

Pourquoi est-ce important ?

En l’absence de données validées, l’appendicectomie laparoscopique reste le traitement le plus courant de l’appendicite aiguë. Des complications péri-opératoires surviennent cependant dans 5% à 15% des cas, et même en l’absence de complications, la prise en charge chirurgicale est nécessairement associée à des jours d’incapacité post-opératoire. Plusieurs essais cliniques ont déjà apporté la preuve de l’efficacité et de la sécurité d’une prise en charge non chirurgicale (antibiothérapie) chez l’adulte. Cette étude américaine s’est intéressée à l’efficacité et à la sécurité d’une prise en charge non chirurgicale chez les enfants et adolescents présentant une appendicite non compliquée.

Méthodologie

Elle a comparé une prise en charge par antibiothérapie seule sans intervention chirurgicale à une appendicectomie par laparoscopie réalisée en urgence (≤12h). Les 2 critères principaux de l’étude évalués à 1 an étaient les jours d’incapacité à mener les activités de la vie quotidienne suite à la prise en charge, et le taux de succès de la prise en charge non chirurgicale défini par le nombre de patients n’ayant pas nécessité une appendicectomie dans l’année suivante. 

Résultats

  • L’étude a enrôlé 1.068 patients (âge médian 12,4 ans, 38% de filles) entre mai 2015 et octobre 2018. Parmi eux, 370 (35%) ont choisi une prise en charge non chirurgicale, 698 (65%) une appendicectomie et 75% et 77% d’entre eux respectivement ont pu être suivis jusqu’à 1 an pour évaluation.
  • Les patients qui avaient choisi une prise en charge non chirurgicale étaient souvent plus jeunes, appartenaient plus fréquemment à des minorités ethniques (d’origine africaine ou autre) et avaient plus souvent des accompagnants disposant d’un niveau d’éducation universitaire. Ils avaient aussi plus souvent bénéficié d’une échographie diagnostique.
  • Après prise en charge non chirurgicale, le taux de succès à 1 an a été de 67,1%. Ce type de prise en charge était associée à un nombre de jours d’incapacité inférieur par rapport à la chirurgie (6,6 vs 10,9 jours, avec une différence moyenne de -4,3 jours).

Limitations

  • Essai non randomisé, limité à des enfants présentant une appendicite aiguë.
  • Le taux de succès le plus bas acceptable prédéfini dans l’étude (70%) n’a pas été atteint, ni la différence du nombre de jours d’incapacité (5j).
  • Le nombre de perdus de vue à 1 an était important.