Appel aux patients COVID-19 qui ne consultent pas


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Mis en place en 2012 par le réseau Sentinelles (Inserm-Sorbonne Université) et Santé publique France, l’étude GrippeNet.fr recueille chaque année des données épidémiologiques sur la grippe directement auprès de la population, par internet et de façon anonyme. Depuis quelques semaines, le site enregistre une diminution de la proportion de participants ne déclarant « aucun symptôme » et une augmentation de ceux déclarant des rhumes, des syndromes grippaux et/ou d’autres symptômes non spécifiques.

La proportion des participants déclarant des symptômes de rhume est supérieure aux valeurs observées habituellement à cette période. Il est possible que cela soit lié à l’épidémie actuelle de COVID-19.

Aussi, le réseau Sentinelles a décidé de transformer GrippeNet.fr en Covidnet.fr. C’est actuellement le seul système en France permettant d’étudier les symptômes des personnes malades qui ne recourent pas au système de soins. Les questionnaires envoyés permettront d’évaluer les niveaux de connaissance et d’anxiété, les changements de comportement (utilisation des ressources barrières notamment), le recours aux soins et la confiance dans les pouvoirs publics des participants.

Pour s’inscrire, cliquer ici ; il suffit de renseigner une adresse courriel.

Par ailleurs l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a lancé plusieurs initiatives pour suivre le développement de l’épidémie. En particulier, elle s’est associée à Orange pour étudier les données agrégées issues des portables liés à l’opérateur. Seront analysées les mobilités des personnes avant et après les mesures de confinement, notamment pour évaluer le respect de ces dernières par la population. Dans un second temps, les données serviront à la modélisation de la diffusion épidémique, en particulier pour repérer les régions à risque de devenir un foyer épidémique et leur allouer les ressources nécessaires. Vittoria Colizza, responsable de ce projet, a une grande expérience de ce type de travail en Afrique.