Appel à agir sur le fardeau croissant des maladies cérébrales


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des experts ont appelé à prendre des mesures urgentes pour répondre au fardeau croissant des maladies cérébrales en Europe, et ont affirmé qu’une nouvelle stratégie introduite en Norvège doit être répliquée dans toute la région. 

Des informations détaillées sur la Stratégie norvégienne pour la santé cérébrale 2018–2024 (Norwegian Brain Health Strategy 2018-2024) ont été présentées cette semaine aux délégués participant au congrès de l’Académie européenne de neurologie (European Academy of Neurology, EAN), à Oslo, en Norvège.

La stratégie a quatre objectifs généraux :

  • Favoriser une bonne santé cérébrale et qualité de vie tout au long de la vie.
  • Dispenser des soins axés sur l’utilisateur, en plus de fournir une assistance aux proches.
  • Organiser des soins holistiques dispensés par des équipes pluridisciplinaires.
  • Assurer des connaissances et une qualité adéquates par la recherche et l’innovation.

« Nous croyons que cette stratégie nationale doit être répliquée et mise en œuvre en Europe, en étant adaptée pour chaque pays », a déclaré le professeur Anne Hege Aamodt, présidente de l’Association norvégienne de neurologie. « Le continent va subir des transformations sociétales majeures, telles que le vieillissement de la population, ce qui va avoir un impact sur les maladies cérébrales. Les services de santé doivent s’adapter à ces changements. » 

L’EAN et la Fédération européenne des associations neurologiques (European Federation of neurological Associations, EFNA) appellent également à un plan européen pour la santé cérébrale, afin de sensibiliser le public aux maladies cérébrales, faire pression sur les gouvernements et intégrer les meilleures connaissances scientifiques dans le but d’améliorer les résultats, tant pour les patients que pour la société.