APA 2019—L’eskétamine en vaporisateur nasal démontre une légère efficacité dans la prise en charge de la dépression réfractaire au traitement


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Dans cet essai pivot de phase III, l’eskétamine en vaporisateur nasal a démontré une légère efficacité dans la prise en charge de la dépression réfractaire au traitement, par rapport à l’association antidépresseur oral + placebo.
  • Les données comptent parmi les données probantes utilisées en vue de l’autorisation par la FDA du vaporisateur en tant que traitement adjuvant à un antidépresseur oral chez ces patients.

Pourquoi est-ce important 

  • Un éditorial accompagnant la version publiée des résultats de l’essai, rédigé par Alan Schatzberg, MD, de la faculté de médecine de l’Université Stanford (Stanford University School of Medicine), met en garde au sujet de l’eskétamine.
  • Dr Schatzberg : « L’eskétamine intranasale suscite davantage de questions qu’elle n’en résout, et la prudence est de mise dans son application en pratique clinique. Seul le temps nous dira à quel point elle sera utile. »

Principaux résultats

  • L’amélioration de la dépression selon les scores à l’échelle d’évaluation de la dépression de Montgomery-Åsberg était plus importante au jour 28 chez les patients du groupe eskétamine + antidépresseur, que chez ceux du bras antidépresseur + placebo.
  • Différence de la moyenne des moindres carrés : 24,0 (erreur type : 1,69 ; IC à 95 % : 27,31–20,64 ; P = 0,020).
  • 7 % des patients du bras eskétamine ont interrompu le traitement en raison d’effets indésirables.
  • Le critère d’évaluation de l’apparition de la réponse clinique n’était pas significatif d’un point de vue statistique.

Protocole de l’étude 

  • Les analyses ont porté sur 223 patients atteints de dépression modérée à sévère (86,8 % d’entre eux ont terminé la phase de traitement en double aveugle de 28 jours).
  • Financement : Janssen Research and Development.

Limites 

  • Les patients présentant des comorbidités significatives ont été exclus.