APA 2018—Les enfants rapportent des symptômes psychiatriques différents de ceux qui sont observés par leurs parents


  • Conference Reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Lorsqu’ils rapportent les symptômes psychiatriques de leurs enfants, les parents sont rarement d’accord avec la description qu’en font leurs enfants.

Pourquoi est-ce important ?

  • Lorsque les patients pédiatriques et leurs parents rapportent des symptômes différents, il peut sembler nécessaire aux cliniciens de souligner ces divergences.

Conception de l’étude

  • Les chercheurs ont réalisé des évaluations transversales niveau 1 du DSM-5 auprès de patients âgés de 11 à 17 ans et de leurs parents (n = 70 binômes) avant un rendez-vous dans une clinique psychiatrique.
  • La concordance entre les réponses du parent et de l’enfant à chacune des 25 questions a été évaluée à l’aide du test de κ de Cohen.

Principaux résultats

  • La concordance entre les réponses des parents et des enfants variait fortement selon les questions. Les valeurs κ allaient de -0,04 à 0,83.
  • Pour les deux tiers des questions de l’évaluation, les valeurs κ étaient inférieures à 0,4.
  • La concordance la plus élevée entre les réponses des parents et des enfants concernait les symptômes tels que : les antécédents de tentatives de suicide, la consommation d’alcool et la consommation de nicotine.
  • Les symptômes pour lesquels la concordance entre les réponses du parent et de l’enfant était la plus faible incluaient : l’inattention, la colère, l’irritabilité et la psychose.

Limites

  • L’étude portait sur un échantillon de petite taille dans un seul établissement et s’appuyait sur des données auto-rapportées.