AOMI : la qualité de vie ne dépend pas que de la sévérité de la maladie

  • Gardner AW & al.
  • J Vasc Surg
  • 1 oct. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une étude américaine a établi une évaluation exhaustive des paramètres cliniques et physiques de patients présentant une artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) symptomatique afin de déterminer les principaux facteurs influençant leur qualité de vie. Les composantes physiques et mentales de la qualité de vie relative à la santé (HRQoL) apparaissaient associées à plusieurs facteurs physiques, comme le fait de trébucher au cours de la marche, la capacité à monter les marches ou la vitesse de marche. Les mesures physiques évaluées traditionnellement dans le cadre de l’exploration de l’AOMI (index IPS, distance de marche) impacteraient également la qualité de vie, mais de façon moindre. Aussi, les auteurs suggèrent que ces premières mesures fassent partie de l’évaluation des patients et que ces difficultés soient intégrées dans le cadre de la prise en charge globale de ces patients.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

L’AOMI est traditionnellement associée à une mauvaise qualité de vie. Pourtant, la relation associant sévérité des symptômes et altération de la qualité de vie apparaît modeste dans les études, tandis que l’amélioration de la distance de marche permise par des exercices appropriés n’offre qu’une amélioration limitée de la qualité de vie. Ceci démontre que d’autres paramètres entrent probablement en ligne de compte. Les auteurs de cette étude ont voulu mener une exploration complète des facteurs ayant une influence.

Méthodologie

  • L’étude a été menée chez des patients présentant une AOMI symptomatique (IPSWalking Impairment Questionnaire) et test MMSE de cognition.

  • Une évaluation de la qualité de vie relative à la santé (HRQoL) a été menée à partir du questionnaire SF-36 comportant 4 domaines liés à la santé physique (fonction physique, limitations liées à la santé physique, douleur physique, santé générale) et 4 autres liés à la santé mentale (vitalité, fonctionnement social, limitations liées à la santé mentale, santé mentale).

Principaux résultats

  • Au total, 216 patients ont participé à l’étude (51% de femmes, en moyenne 65 ans, 29,7 kg/m², IPS 0,71, 35% de fumeurs) : parmi eux, 29% présentaient des antécédents de chute, 30% craignaient de tomber et 41% trébuchaient en marchant. Plus de 80% de la cohorte présentaient une dyslipidémie, une HTA ou un syndrome métabolique. Enfin 10 à 17% évoquaient des difficultés dans l’une des 4 activités quotidiennes évaluées.

  • Selon l’analyse multivariée, les facteurs prédictifs les plus fortement associés au score de la fonction physique du HRQoL comprenaient deux scores du questionnaire WIQ (montée d’escalier et vitesse de marche, p

Principales limitations

Tous les participants étaient volontaires pour l’exploration, ce qui a pu créer un biais de sélection.