Antibiotiques : un projet pour lutter contre la pénurie tout en préservant l’environnement


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière et accentué un problème préoccupant : l’indisponibilité  de médicaments essentiels, en France et dans le monde. Parmi ces médicaments essentiels, les antibiotiques sont particulièrement concernés par des problèmes réguliers de pénurie, notamment ceux dont le brevet est tombé dans le domaine public. Cela engendre un report des prescriptions vers des antibiotiques de deuxième intention, parfois moins efficaces, plus toxiques, ou à risque plus élevé d’antibiorésistance. C’est pourquoi, à la demande du gouvernement français, un projet cofinancé par l’Union européenne démarrera en novembre 2020 pour une durée de 3 ans et aura pour objectif de proposer des solutions concrètes pour :

  • Lutter contre l’indisponibilité de certains antibiotiques en France, aussi bien en médecine humaine que vétérinaire,
  • Éviter les pollutions environnementales lors de leur production.

Cette indisponibilité peut avoir des causes multiples, notamment liées à la complexité de la chaîne de production et d'approvisionnement ou au maintien de l'AMM (autorisation de mise sur le marché).

Ce projet permettra de poursuivre l’action de la France contre l’antibiorésistance, visant notamment à réduire la consommation globale d’antibiotiques, aussi bien en médecine humaine que vétérinaire. Un premier plan « Ecoantibio » a déjà permis de réduire de 39% l’usage d’antibiotiques vétérinaires entre 2012 et 2016, grâce au développement d’alternatives et au renforcement de bonnes pratiques.

Ce projet devrait aider à la mise en œuvre d’actions définies dans la feuille de route interministérielle de maîtrise de l'antibiorésistance  publiée le 21 novembre 2016, notamment :

  • "Préserver l'efficacité de l'arsenal thérapeutique  en mettant en place des incitations visant à maintenir les anciens antibiotiques sur le marché".
  • "Sensibiliser au niveau européen  afin de créer un cadre spécifique dédié au développement de produits maîtrisant la résistance antimicrobienne".
  • "Développer la surveillance de l’émergence et de la diffusion de l’antibiorésistance (Homme, animal et environnement) dans les pays à faible revenu".

Il permettra également de mettre en œuvre :

  • La feuille de route nationale 2019-2022 sur les pénuries de médicaments.
  • Le plan français Ecoantibio 2 : « Maintenir l’offre thérapeutique en antibiotiques ».
  • Le programme prioritaire de recherche sur l'antibiorésistance.