Antibiothérapie et calculs rénaux : cinq classes à risque

  • Tasian GE & al.
  • J Am Soc Nephrol
  • 10 mai 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le risque de lithiase rénale semble associé à certains traitements antibiotiques selon une étude cas-contrôle conduite à partir de 25.981 cas de calculs et 259.797 cas contrôle : l' odds ratio ajusté était ainsi de 2,33 pour les sulfamides, 1,88 pour les céphalosporines, 1,67 pour les fluoroquinolones, 1,70 pour la nitrofurantoïne/méthénamine et 1,27 pour les pénicillines à large spectre. Ces données étaient confirmées dans plusieurs modèles d’ajustement plus ou moins complets. Par ailleurs, les analyses exploratoires ont montré que l’association était d’autant plus étroite que les sujets concernés étaient jeunes et que le délai écoulé depuis le traitement antibiotique était réduit. Quoi qu’il en soit, le risque restait significatif jusqu’à 5 ans après le traitement.

Pourquoi est-ce important ?

La prévalence des calculs rénaux a augmenté de 70% ces 30 dernières années. Certains travaux avancent que leur genèse serait favorisée par les traitements antibiotiques. La présence de bactéries multirésistantes dans certains calculs calciques renforcent aussi l’idée d’une pression de sélection sur le microbiome urinaire favorisée par une antibiothérapie. Il était donc intéressant de conduire une étude permettant d’évaluer l’impact d’un tel traitement sur le risque ultérieur de lithiase.

Principaux résultats

  • Les 25.981 cas de néphrolithiase concernaient une population comportant 34,9% de femmes, âgée de 51,6 ans et présentant un IMC de 27,9 kg/m² en moyenne. Ils ont été appariés à 259.797 sujets sans néphrolithiase.
  • L'exposition aux antibiotiques 3 à 12 mois avant la date index était associée au risque de calcul pour les sulfamides (ORa :2,33 [2,19-2,48]), les céphalosporines (ORa :1,88 [1,75-2,01]), les fluoroquinolones (ORa :1,67 [1,54-1,81]), la nitrofurantoïne/méthénamine (ORa :1,70 [1,55-1,88]) et les pénicillines large spectre (ORa :1,27 [1,18-1,36]), après ajustement sur les pathologies prévalentes, les infections urinaires, le taux de recours aux consultations et certaines prescriptions (PPI, statines, diurétiques).
  • Ces données étaient globalement confirmées après d’autres ajustements prenant en compte les autres prescriptions antibiotiques préalables et par plusieurs analyses de sensibilité excluant les sujets ayant de précédentes infections urinaires, ayant reçu une antibioprophylaxie ou les sujets obèses.
  • Des analyses exploratoires ont décrit que ces associations était d’autant plus étroites que l'exposition aux antibiotiques concernait des sujets jeunes : la forme des courbes décrivant la diminution de l’OR en fonction de l’âge était très différente d’une famille antibiotique à l’autre.
  • Enfin, le risque de lithiase, bien que diminuant avec le temps, restait significatif jusqu’à 5 ans après le traitement par antibiothérapie (sauf pour les pénicillines qui conservaient cette significativité jusqu’à 3 ans).

Méthodologie

L’étude a été conduite sur les données 1994-2015 de la base britannique THIN ( The Health Improvement Network ) portant sur 13,8 millions de patients issus de 641 cabinets médicaux généralistes. Les sujets de moins de 90 ans ayant présenté une néphrolithiase ont été identifiés et l’existence d’une prescription antibiotique orale dans les 3 à 12 mois précédant la date index de la néphrolithiase a été recherchée (permettant de respecter le délai de formation du calcul). Dix sujets contrôles ont été identifiés pour chaque cas parmi les sujets de moins de 90 ans sans lithiase rénale, calculs de la vessie, coliques néphrétiques, hypercalciurie ou néphrocalcinose à la date index, appariés sur l'âge, le sexe et le praticien.

Limitations

  • Des erreurs de classifications ont pu avoir lieu dans le registre.
  • Toutes les lithiases n’ont pas forcément été correctement consignées ou fait l’objet d’une consultation (notamment les lithiases asymptomatiques).
  • L’observance et la posologie des antibiotiques n’ont pas été prises en compte.