Anti-hyperglycémiants et cœur : prenons de la hauteur…

  • Zhu J & al.
  • Lancet Diabetes Endocrinol
  • 29 janv. 2020

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

C’est la première fois qu’une revue de la littérature portant sur les associations entre les antidiabétiques et les événements cardiovasculaires regroupe des données de 10 classes thérapeutiques (inhibiteurs DPP-4, analogues des récepteurs GLP-1, inhibiteurs SGLT2, sulfamides, inhibiteurs d’alpha-glucosidases, méglitinides, biguanides, thiazolidinediones, bromocriptine et insuline). Ainsi, 6 associations délétères pour le risque cardiovasculaire (CV) et 38 associations protectrices ont été mises en évidence avec un haut niveau de preuve. Les analyses mettent encore une fois à l’honneur les nouvelles classes thérapeutiques iDPP-4, analogues des récepteurs du GLP-1 et inhibiteurs du SGLT2 (non commercialisés en France), avec cependant des résultats hétérogènes entre les différentes classes sur les composantes du risque cardiovasculaire. Ces spécificités justifient les positionnements de chacune de ces classes dans les nouvelles recommandations ADA/EASD et dans la prise de position de la Société Francophone du diabète de décembre 2019.

Pourquoi cette publication est intéressante ?

La très forte prévalence des événements cardiovasculaires chez les sujets diabétiques à travers le monde suscite un intérêt tout particulier pour les molécules agissant à la fois sur le contrôle glycémique et le risque cardiovasculaire. La recherche dans le domaine doit cependant encore continuer à explorer l’intérêt de ces traitements notamment chez des patients à plus faible risque cardiovasculaire que la majorité de ceux inclus dans ces études. 

Protocole de l’étude

Au total 232 méta-analyses évaluant le risque cardiovasculaire associé à l’utilisation de 10 classes de traitements antidiabétiques ont été inclus dans les analyses. 

Principaux résultats

Six associations d’augmentation du risque de maladie cardiovasculaire sous antidiabétiques ont été mises en évidence. Celles-ci concernent le glimépiride avec un doublement du risque d’AVC, la rosiglitazone (non commercialisée en France) avec une augmentation du risque d’infarctus du myocarde (IDM) de 28% et d’insuffisance cardiaque de 72% et la pioglitazone (non commercialisée en France) avec une augmentation de 40% du risque d’insuffisance cardiaque. 

Les iDPP-4 sont apparus plutôt neutres sur le risque CV, hormis la saxagliptine qui a été associée à une augmentation de ce risque dans SAVOR TIMI 53. 

Trente-huit associations de diminution du risque cardiovasculaire sous antidiabétiques ont été identifiées. Elles concernent notamment la classe des analogues des récepteurs GLP-1 avec une diminution du critère MACE (évènements cardiovasculaires majeurs-Major adverse cardiovasculaire events) de 12%, de la mortalité d’origine cardiovasculaire de 13%, de l’IDM de 8%, de l’AVC de 16% et de l’insuffisance cardiaque de 10%. Plus spécifiquement : 

  • Le sémaglutide, l’albiglutide, le liraglutide et l’exenatide ont été associés à une diminution du critère MACE respective de 24%, 19%, 14% et 9%. 
  • L’albiglutide a été associé à une diminution du risque d’IDM de 23% et d’insuffisance cardiaque de 29%.
  • Le sémaglutide et le dulaglutide ont été associés à une diminution du risque d’AVC respective de 33% et 22%.

La classe des inhibiteurs du SGLT2 a également été associée à une diminution du risque de MACE de 13%, de mortalité d’origine cardiovasculaire de 18%, d’IDM de 14% et d’insuffisance cardiaque de 32%. Plus spécifiquement :

  • La canagliflozine, l’empagliflozine ont été associées à une diminution du risque de MACE de 16%, 15% et de mortalité cardiovasculaire de 18%, 38%
  • La canagliflozine, la dapagliflozine, l’empagliflozine ont été associées à une diminution de l’insuffisance cardiaque de 35%, 30%, 36%