Angiœdème héréditaire : le lanadélumab réduit les taux de crise


  • Dawn O'Shea
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un essai clinique de phase III vient appuyer l’utilisation du lanadélumab, un anticorps monoclonal, pour réduire les crises d’angiœdème héréditaire (AOH).

La nouvelle étude a révélé que le lanadélumab administré par voie sous-cutanée pendant 26 semaines réduisait le taux de crises chez les patients atteints d’un AOH de type I ou II.

L’essai en double aveugle, à groupes parallèles et contrôlé par placebo, qui a été mené dans 41 centres au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Jordanie, a randomisé les participants selon un rapport 2:1 au lanadélumab sous-cutané ou à un placebo pendant 26 semaines. Les participants affectés au lanadélumab ont de nouveau été randomisés selon un rapport 1:1:1 à l’une des trois doses : 150 mg (D1) ou 300 mg (D2) toutes les 4 semaines ou 300 mg toutes les 2 semaines (D3).

Durant la période de pré-inclusion, le nombre moyen de crises par mois dans le groupe placebo était de 4,0, contre 3,2 avec la dose D1 de lanadélumab, 3,7 avec la dose D2 et 3,5 avec la dose D3.

Durant la période de traitement, les taux de crise étaient de 1,97 dans le groupe placebo, contre 0,48, 0,53 et 0,26 pour les groupes D1, D2 et D3, respectivement.

Par rapport au placebo, les différences moyennes concernant le taux de crise par mois étaient de -1,49 (IC à 95 % : -1,90 à -1,08 ; P 

La recherche a été publiée dans la revue JAMA.