Androcur : surveillance renforcée et prescriptions hors AMM déconseillées

  • Aurélie Haroche

  • JIM Actualités métier
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, le mardi 9 octobre 2018 - Identifié, le risque de méningiome chez les patients exposés à l'acétate de cyprotérone a été récemment réévalué et dépasse les taux attendus : chez les femmes ayant reçu au moins 3 000 mg le risque est ainsi multiplié par sept et par vingt au-delà de 60 000 mg (soit cinq ans d'un traitement à 50 mg/j 20 jours par mois). Ces données ont conduit l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) à élaborer de nouvelles recommandations qui ont été rendues publiques hier et qui vont être diffusées d'une part aux professionnels de santé français et d'autre part aux institutions européennes.
Gare aux utilisations hors AMM




Une information à corriger