Ancora®, Novaplus® ou Sethygyn® : ne plus poser ce type de stérilets !


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Suite à une décision de l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM), les dispositifs intra-utérins (DIU) Ancora ® et Novaplus ® , également inclus dans certains sets Sethygyn ® avec un kit de pose, ne doivent plus être posés en France et font l’objet d’un rappel. Cette décision est consécutive à une augmentation du nombre d’incidents de rupture lors du retrait par des professionnels de santé, ainsi que du nombre de déclarations d’expulsions spontanées d’une partie ou de la totalité de ces stérilets, pouvant exposer à un risque de grossesse non désirée.

Les stérilets déjà posés doivent-ils être retirés ?

D’après l’analyse des cas signalés, le risque d’expulsion de ces stérilets semble être plus important au-delà de 3 ans de pose. Le retrait préventif de ces stérilets n’est donc pas recommandé lorsqu’ils ont été posés depuis moins de 3 ans. En revanche, au-delà de 3 ans après la pose du stérilet, la visite de suivi sera l’occasion de rediscuter de la meilleure contraception pour votre patiente et d’un éventuel retrait préventif, sans attendre la durée limite d’utilisation de 5 ans.

Que dire à vos patientes portant ce type de stérilet ?

Il est important d’informer les femmes, déjà porteuses de ces DIU, des symptômes pouvant faire suspecter une expulsion de stérilet : fil de traction du dispositif absent ou plus long que prévu, douleur abdominale, saignements entre les règles ou après un rapport sexuel et douleurs lors des rapports sexuels. Il faut noter qu’une expulsion peut également être asymptomatique.

En cas de suspicion d’expulsion spontanée, la patiente doit consulter dès que possible le professionnel de santé qui la suit et utiliser une autre méthode contraceptive en attendant la consultation. En cas de rapport sexuel dans les 5 jours précédents, une contraception d’urgence doit être envisagée.

Le risque d’expulsion spontanée existe pour tous les stérilets. Les patientes sous stérilet doivent donc, conformément à la notice, vérifier à la fin de chaque période de règles que les fils du dispositif sont en place en introduisant doucement un doigt dans le vagin près du col de l’utérus. S’ils ne sont pas en place, la conduite à tenir est la même qu’en cas de suspicion d’expulsion spontanée.

Des recommandations destinées aux professionnels de santé qui assurent le suivi des femmes porteuses de ces stérilets sont disponibles sur le site internet de l’ANSM .