Analyse finale : l’abiratérone améliore la survie dans le cadre du cancer de la prostate métastatique à haut risque

  • Fizazi K & et al.
  • Lancet Oncol
  • 12 avr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’analyse finale de l’essai LATITUDE a confirmé que l’ajout d’acétate d’abiratérone et de prednisone à un traitement par privation androgénique (TPA) apporte un avantage en termes de survie dans le cadre du cancer de la prostate sensible à la castration métastatique (CPSCm) à haut risque nouvellement diagnostiqué.
  • Aucun nouveau problème relatif à la sécurité d’emploi n’a été identifié.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats soulignent l’importance d’une introduction précoce de l’acétate d’abiratérone et de la prednisone en plus du TPA chez les patients à haut risque.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III randomisé et en double aveugle LATITUDE a été mené.
  • Il s’agit de l’analyse finale de la SG, réalisée auprès de 1 199 patients atteints d’un CPSC métastatique à haut risque nouvellement diagnostiqué, affectés de manière aléatoire pour recevoir l’association TPA, acétate d’abiratérone et prednisone, ou l’association TPA et placebo.
  • Le passage à l’association abiratérone et prednisone était autorisé lors de la phase d’extension en ouvert de l’étude (jusqu’à 18 mois).
  • Financement : Janssen Research & Development.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 51,8 mois.
  • La durée de traitement médiane dans le groupe croisé était de 11,9 mois.
  • La SG médiane était significativement plus longue dans le groupe acétate d’abiratérone que dans le groupe placebo (53,3 contre 36,5 mois ; RR : 0,66 ; P 
  • Le taux d’événements indésirables de grade 3–4 était de 68 % dans le groupe acétate d’abiratérone, de 50 % dans le groupe placebo et de 19 % dans le groupe croisé ; les plus fréquents étaient l’hypertension (21 % contre 10 % contre 4 %) et l’hypokaliémie (12 % contre 2 % contre 2 %).
  • Le taux d’événements indésirables graves de grade 3–4 était de 27 %, 20 % et 4 %, respectivement.

Limites

  • Des examens d’imagerie de nouvelle génération n’ont pas été systématiquement utilisés.