Amélioration de la qualité de l’ICP : des mesures clés pour la pratique contemporaine ont été publiées

  • Klein LW & al.
  • JAMA Cardiol
  • 6 mai 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le résultat le plus crucial pour les centres d’intervention coronarienne percutanée (ICP) est le soulagement de l’angor et l’amélioration de la qualité de vie (QdV) pour le patient. C’est ce qu’ont écrit Lloyd W. Klein, H. Vernon Anderson et Sunil V. Rao, des cardiologues exerçant dans trois grands centres aux États-Unis.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ce qui constitue une mesure de la qualité dans les centres d’ICP peut varier selon les intervenants, ce qui inclut les praticiens, les organismes payeurs et les organismes de réglementation, écrivent Klein et al.
  • Aucune mesure à elle seule n’est à même de capturer ce qui est nécessaire, affirment-ils, et chaque « domaine de qualité » implique plusieurs éléments.

Éléments clefs

  • Le « défi central » est d’inciter les centres à se fixer des objectifs « valables », comme une faible mortalité corrigée en fonction du risque et une stricte observance des critères d’utilisation appropriée.
  • Le fait d’associer une rémunération à une certaine unité de valeur de la qualité peut conduire à délaisser ces objectifs importants, affirment les auteurs, et de telles mesures incitatives doivent viser l’équilibrage des résultats centrés sur le patient et de la responsabilité fiscale.
  • Les mesures de qualité doivent prendre en considération l’environnement local et impliquer l’avis des cliniciens.
  • La mesure « la plus importante » est le soulagement de l’angor et une meilleure QdV après l’ICP, affirment les auteurs.
  • D’autres mesures clés peuvent inclure l’amélioration de la survie, la durée de séjour à l’hôpital, la réduction des complications, la réduction du coût et la réduction des taux de réhospitalisation.
  • Le fait de choisir les cas en se basant sur l’anatomie est « valide » en tant qu’indicateur de qualité, écrivent Klein et al., ce qui inclut de prendre en considération les sténoses coronariennes dans le contexte de la fonction et de la viabilité régionales.
  • Il convient d’accorder une « latitude importante » à la préférence des patients pour l’ICP au lieu d’un traitement médical ou d’un pontage, étant donné le caractère équivoque de leurs mérites respectifs.
  • La réalisation d’un examen physiologique approfondi constitue une autre caractéristique d’une qualité élevée.
  • Les auteurs mettent en garde contre le fait que la réputation et le rang d’un centre ne sont pas corrélés à de meilleurs résultats cliniques.