Alzheimer : lire dans le noyau de Meynert pour prédire l’évolution

  • Hanna Al-Shaikh FS & al.
  • JAMA Neurol
  • 28 oct. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une étude américaine, la vulnérabilité du noyau basal de Meynert (nbM) aux enchevêtrements neurofibrillaires serait associée à la typologie ultérieure de la maladie d’Alzheimer. En effet, une accumulation importante de protéines au niveau du nbM, constitué à 90% de neurones cholinergiques, serait plus volontiers associée aux formes atypiques de maladie d’Alzheimer dans lesquelles l’hippocampe est majoritairement épargné. Les sujets Alzheimer les plus jeunes (

Prédiction précoce de la forme clinique

L’altération du nbM liée à l’accumulation des enchevêtrements neurofibrillaires survient précocement dans l’histoire naturelle de la maladie d’Alzheimer. Ensuite, la chronologie des lésions liées à la maladie est diverse, et les principales manifestations cliniques associées à leur localisation privilégiée : ainsi, l’altération préférentielle de l’hippocampe se traduit majoritairement par des troubles de la mémoire, tandis que celle, plus atypique, du cortex se traduit plus volontiers par des troubles du comportement ou du langage. Cette étude a donc cherché à apprécier les liens entre les enchevêtrements protéiques précoces au niveau du nbM et la typologie de la maladie.

Autopsie de plus de 1.400 patients

Cette étude transversale rétrospective a permis de mener une analyse neuropathologique post-mortem de sujets issus de la cohorte FLAME formée pour l’autopsie de patients d’origine multiethnique, parmi lesquels 1.361 avaient été préalablement diagnostiqués et traités pour une maladie d’Alzheimer, 103 ayant été utilisés comme sujets contrôles non atteints. La cohorte regroupait des sujets souffrant de formes typiques, de formes atypiques épargnant l’hippocampe ou limbiques .

L’accumulation des enchevêtrements neurofibrillaires dans le nbM était plus élevée parmi les patients présentant une forme atypique épargnant l’hippocampe que dans les formes typiques ou limbiques (p  a fortiori par rapport aux formes limbiques (p=0,002).

Après analyse multivariée ajustée, l’accumulation des enchevêtrements neurofibrillaires était associée au jeune âge de survenue des formes épargnant l’hippocampe et des formes typiques.

Il existait aussi une association avec le sexe féminin, la présence de l’allèle apoEε4 et la faiblesse du score MMSE. Aucun lien de même type n’a été observé pour les formes limbiques.